vendredi 17 août 2018 15:59

M. Boussouf invite les jeunes de l’immigration à préserver leur identité plurielle dans les pays d’accueil

vendredi, 22 décembre 2017

M. Abdellah Boussouf, Secrétaire général du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME), a pris part, ce vendredi 22 décembre 2017 aux travaux de l’université d’hiver des jeunes marocains du monde, tenue à Ifrane du 20 au 24 décembre courant. L’évènement est organisé par le ministère chargé des Marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration, en partenariat avec le Secrétariat d’Etat chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et l’Université Al Akhawayn.


Dans son allocution, M. Boussouf a affirmé que le vivre-ensemble, thème de cette rencontre, est la clé de voûte pour construire un monde meilleur, loin des conflits et des crises que connaissent les sociétés de nos jours qui souffrent de profonds malaises identitaires et de la montée des courants extrémistes. « Le vivre-ensemble est un concept qui permet l’échange entre des individus partageant les mêmes espaces dans le but de s’enrichir et d’avancer ensemble pour le bien de la société dans laquelle ils vivent », a-t-il indiqué.

L’importance de l’histoire et de la culture dans les valeurs de l’ouverture et de l’acceptation de l’autre

Dans un exposé sur les composantes de l’identité marocaine, M. Boussouf a mis en lumière l’histoire du Maroc et sa culture diversifiée. « Le positionnement géographique stratégique du Royaume lui impose d’entretenir des liens avec tout le monde, ce qui en fait une terre de rencontre et de dialogue pour plusieurs individus appartenant à des civilisations et des cultures différentes ».

 IMG 7989

Dans ce cadre, M. Boussouf a mis en exergue plusieurs personnalités marocaines qui ont marqué l’histoire de l’humanité, dont notamment Ibn Battouta qui a transmis au monde des connaissances sur la Chine, l’Inde et l’Afrique à travers son voyage à partir de Tanger, ou Cherif Al Idrissi qui a dessiné la première carte du monde pour le roi Normand de Sicile. « Il s’agit là d’exemples qui prouvent que le Marocain porte dans ses gènes l’acceptation de l’autre et ne présente aucune difficulté à vivre avec des cultures différentes ».

M. Boussouf a en outre saisi cette occasion pour mettre en valeur la diversité culturelle et cultuelle qui enrichit le Maroc depuis des siècles et qui a été consacrée par la Constitution du Royaume. « Les affluents de l’identité marocaine ont été consacrés par la Constitution pour exprimer la réalité de la société marocaine et refléter son histoire », a-t-il précisé, ajoutant que « le Royaume veille à préserver ce pluralisme à travers les discours de Sa Majesté qui affirment que le Maroc puise sa force dans sa diversité, dans le cadre de l’unité nationale ».

« Cette force s’exprime également dans le respect de la liberté de conscience, que ce soit au niveau de l’état ou au niveau de la société marocaine qui a su rassembler toutes ses composantes sous le concept de la citoyenneté ne faisant aucune distinction sur la base des appartenances ethniques », a poursuivi le Secrétaire général du CCME, expliquant que « par exemple, la communauté juive jouit de tous ses droits de citoyenneté et a contribué dans l’indépendance du Maroc et continue, encore de nos jours, à défendre ses intérêts ».

Du vivre-ensemble à la fraternité humaine

Selon M. Boussouf, le Maroc a dépassé le principe du vivre-ensemble et atteint le degré de l’harmonie et de la symbiose totale entre les différentes composantes de sa société, « ce qui a abouti à l’élaboration du concept de la fraternité humaine, et il s’agit d’un acquis qu’il faudra préserver », a-t-il affirmé devant un parterre d’étudiants marocains du monde, invitant ces derniers à transmettre cette âme humaine à leurs sociétés de résidence et aux jeunes de ce monde qui souffrent de conflits identitaires et refusent la cohabitation. « Le Marocain a toujours été un élément de paix, de stabilité et de prospérité où qu’il soit soit car notre référence identitaire a toujours connu le partage et le vivre-ensemble ».

IMG 7985

Le composant religieux constitue un élément central de l’identité marocaine, grâce notamment au soufisme que l’on considère comme un espace de rencontre spirituel pour tous les croyants et au rite malékite et au dogme asha’arite considérés comme les bases du modèle marocain pour leur capacité de contenir la différence, a-t-il ajouté.

Enfin, M. Boussouf n’a pas manqué de mettre en valeur le rôle de la femme à travers l’histoire dans la construction du Maroc et son développement, affirmant que les femmes ont contribué activement à l’élaboration de l’histoire politique du pays, comme est le cas de Fatima Al Fihria lors de la création de l’Université d’Al Qaraouiyyine.

CCME

 

 

Revue de presse

Les entretiens du symposium

Actualités

Google+ Google+