Le CCME reçoit les responsables du département des Congolais de l'étranger

mardi, 02 octobre 2018

Le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) a reçu, mardi 2 octobre 2018 au siège du conseil à Rabat, une délégation de responsables congolais conduite par Son excellence M. Jean Philippe NGAKOSSO, Ambassadeur et Secrétaire général adjoint, chef du département des Congolais de l'étranger.

MM. Mustapha Mourabit et Mohammed Saibari, chargés de mission au CCME, ont apporté des éclairages aux différents questionnements soulevés par les membres de la délégation, notamment concernant les textes fondateurs du CCME et ses missions et prérogatives.

« L’objet de notre visite est de bénéficier de l’expérience et de l’expertise marocaines dans le domaine de la migration, surtout dans son volet organisationnel », a affirmé SEM Jean Philippe NGAKOSSO précisant que son institution, nouvellement créée, a besoin du soutien d’un pays comme le Maroc « qui a fait un long parcours dans ce domaine ». 

M. Mourabit a en ce sens expliqué les différentes occupations du CCME, une institution de gouvernance dotée d’une indépendance politique qui lui permet de prendre distance pour évaluer les politiques publiques, dont le travail se base sur la réflexion et le cumul d’une expertise scientifique.

Lors de ses 11 années d’existence, le CCME a pu produire plusieurs avis, études et publications dans différents domaines qui se rapportent aux préoccupations des Marocains du monde, que ce soit dans leurs pays d’origine ou d’accueil concernant notamment la culture, la citoyenneté, le culte, les compétences…

« La migration restera toujours une source de potentialité constructive que ce soit pour les pays d’accueil ou d’origine et nous avons d’ailleurs réalisé une étude sur les compétences qui a permis de mesurer leur apport et la force qu’ils représentent », », a expliqué M. Mourabit.

Le CCME a, dans ce cadre, travaillé à neutraliser les stéréotypes qui entachent l’image des Marocains du monde que ce soit au Maroc ou à l’étranger : « au Maroc, l’émigré n’est plus qu’une source de transferts financiers mais une source d’expertise et de compétence et jouit de la pleine citoyenneté qui lui permet d’exercer ses pleins droits dans son pays. Dans les pays d’accueil, l’immigré n’est pas une source d’instabilité ou de violence mais un élément de prospérité et un enrichissement culturel et linguistique ». 

M. Mohammed Saibari a quant à lui exposé aux membres de la délégation les étapes de la création du CCME au sein du Conseil consultatif des droits de l’Homme, la désignation de ses 37 membres dans les pays d’accueil proportionnellement aux nombre de Marocains qui y vivent et les différents travaux menés par les six groupes de travail du conseil.

CCME

Revue de presse

Les entretiens du symposium

Actualités

Google+ Google+