L’image du Maroc dans l’œuvre de Juan Goytisolo

jeudi, 13 février 2020

Le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) a organisé, jeudi 13 février 2020 au salon du livre de Casablanca, une table-ronde sur « l’image du Maroc dans l’œuvre de Juan Goytisolo ». Victor Morales Lezcano, historien espagnol et spécialiste du Monde arabe et d’Afrique du Nord et Ibrahim Al Khatib, traducteur et académicien marocain sont intervenus dans cette rencontre modérée par Mohamed Chouirdi, traducteur et acteur associatif marocain établi en Espagne.

 

Mohamed Chouirdi

Présentant la table-ronde, Mohamed Chouirdi a affirmé que « Juan Goytisolo a imposé à travers ses œuvres de ne plus faire l’impasse sur le pan d’histoire que les Espagnols ont en commun avec le monde arabe et le Maroc ».

 

Ibrahim Al Khatib

Dans son exposé, Ibrahim El Khatib, ami de Juan Goytisolo pendant plus de 30 ans et traducteur de cinq de ses ouvrages, a raconté son parcours avec l’auteur espagnol. Né à Barcelone en 1931 et enterré à Larache en 2017, l’enfance de Goytisolo a été marquée par la guerre civile en Espagne pendant laquelle il a perdu sa mère. Il est l’un des écrivains espagnols les plus engagés pour la question du Sahara, « il a d’ailleurs été le premier à défendre sa marocanité depuis 1969, allant à l’encontre de l’opinion publique espagnole ».

Juan Goytisolo est l’un des plus importants écrivains espagnols qui se sont intéressés au Maroc dans leurs œuvres littéraires et critiques. La caractéristique qui a marqué son œuvre est son immersion dans la culture marocaine et ce de par sa résidence à Marrakech pendant de longues années, jusqu’à son décès en 2017. Partant de son expérience personnelle et de ses échanges au sein de la société marocaine, Goytisolo a exploré le Maroc et a présenté une image réaliste de sa culture et civilisation au lecteur hispanophone. Cette-table ronde a présenté une idée sur l’esprit de ses oeuvres considérées comme un plaidoyer pour le Maroc à travers ses échanges avec Ibrahim Al Khatib, fin connaisseur de ses écrits ayant assuré la traduction et transmission d’une grande partie d’entre elles aux lectorats marocain et arabe.

 

Victor Morales Lezcano

Pour sa part, Victor Morales Lezcano, a présenté l’esprit des oeuvres de Pérez Galdòs, un écrivain qui a mis en avant la coexistence au sein de la société marocaine, « pays où les musulmans ne sont pas ces guerriers qu’on imagine et où Juifs et chrétiens ne sont pas persécutés ».

 

CCME

Revue de presse

Les entretiens du symposium

Actualités

Google+ Google+