Rencontre internationale des ONG issues des migrations marocaines les migrants, acteurs et partenaires du développement, les 17 et 18 Septembre à Saïdia

jeudi, 08 septembre 2011

Une rencontre organisée les 17 et 18 septembre 2011 à Saïdia, par le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME), en partenariat avec l’Agence de l’Oriental, et avec le concours de réseaux associatifs issus de l’immigration marocaines (IDD de France, EMCEMO des Pays-Bas, CODENAF d’Espagne, Migration & Développement du Maroc, et des associations des migrants marocains aux îles Baléares (Al Maghreb) d’Espagne).

 Pour consulter le programme, cliquez ici.

 Pour télécharger l'argumentaire, cliquez ici.

DECLARATION DE SAIDIA

Réunis à Saïdia les 17 et 18 septembre 2011 dans le cadre de la «Rencontre internationale des ONG issues des migrations marocaines : les migrants, acteurs et partenaires du développement» organisée en partenariat  par le CCME et l’Agence de l’Oriental, les participant(e)s ont adopté la déclaration suivante, dite « Déclaration de Saïdia ».

1.      Considérant que la migration internationale et les mobilités humaines sont devenues un fait marquant du monde globalisé et une des priorités de l’agenda politique mondial (Dialogue de haut niveau de l’ONU, Forum mondial migration et développement,  Conférence euro-africaine sur la migration et le développement, etc.)

2.       Rappelant les bénéfices économiques, sociaux et culturels de l’immigration pour le développement des pays d’origine comme pour les pays d’installation.

3.      Considérant  les mutations de l’immigration marocaine, qui donne naissance à un espace transnational citoyen,

4.      Considérant la participation de plus en plus forte des Marocains du monde au développement économique, social et culturel du Maroc, qui se manifeste notamment par l’implication d’acteurs et d’associations de plus en plus diversifiés dans   les projets de développement territorial.

5.      Convaincus que la politique migration-développement doit être dissociée de la politique restrictive de gestion des flux migratoires menées dans le sens de limitation des mobilités, l’externalisation du contrôle des frontières et du droit d’asile, et le conditionnement de l’aide publique à la signature d’accords de réadmission.

6.      Convaincus que le succès des politiques en matière  de migration-développement repose sur une forte implication des migrants, mobilisant  leurs connaissances et savoir-faire, et une mutualisation des ressources des acteurs associatifs en vue de visions et de stratégies communes

7.      Ayant à l’esprit la mise en chantier de la régionalisation avancée et  l’adoption de la nouvelle constitution marocaine qui stipule la  participation des migrants dans toutes les institutions de bonne gouvernance et de démocratie participative, et met en exergue leur contribution au développement du Maroc et au resserrement des liens d'amitié et de coopération entre les sociétés civiles et les Etats du Nord et du Sud.

Appellent à :

1.      Au  respect des droits fondamentaux et de la dignité de tous les  migrants et invitent les gouvernements à ratifier et à mettre en œuvre la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille ;

2.      Une gestion concertée en amont des politiques publiques en matière de migration-développement entre tous les acteurs,  notamment en associant les ONG de migrants dans le processus d’identification des besoins, de  mise en œuvre et d’évaluation des politiques en matière de migration-développement ;

3.      Soutenir la mise en réseau des associations de migrants impliqués dans le développement, et promouvoir les partenariats et les projets en renforçant leur capacité d’action au  Maroc comme dans les pays de résidence ;

4.      Renforcer l’implication  de l’ensemble des acteurs dans les diverses dynamiques de la coopération décentralisée ;

5.      Les pouvoirs publics du Maroc comme des pays de résidence à procéder à une évaluation participative de la dynamique internationale entreprise en matière de migration développement ;

6.      Promouvoir les mécanismes au niveau des territoires (régions, provinces, communes) en mesure de faciliter l’implication des ONG de migrants dans le processus de développement local.

 

La rencontre a été organisée avec le concours de l’Association des migrants marocains aux îles Baléares « Al Maghreb », Migration & Développement (Maroc), Immigration, développement, démocratie – IDD (France), le Centre Euro-méditerranéen Migration et Développement - EMCEMO (Pays-Bas) et l’association de coopération et développement en Afrique du Nord - CODENAF (Espagne).

 

Une plateforme a été initiée et signée par 73 ONGs d'ici et d'ailleurs, ci-après le texte de la plate forme :

Plate forme Euro-marocaine migration, développement, citoyenneté et démocratie

Introduction 

Quelque soit notre territoire de résidence, nous vivons une période où des défis majeurs sont à relever sur les plans économique, social, écologique, culturel et politique.

Que nous soyons acteurs de la société civile au Nord ou au Sud, par indignation, nous nous sommes tous engagés à faire face aux bouleversements actuels qui nécessitent des solutions différentes et des réponses urgentes et innovantes. D’où la nécessité d'une réflexion collective. Mais il ne suffit pas débattre des solutions, il faut aussi proposer les stratégies nécessaires à leur mise en pratique, sinon, la plateforme ne serait qu’une forme de plus de discussion formelle. Le contexte nous invite à construire d’autres formes de mutualisation et de nouvelles coopérations pour amplifier ce qui existe déjà et mérite de l’être, pour inventer et mettre en œuvre des actions répondant aux attentes des populations dans leurs territoires de vie.

Objectifs 

L'objectif de la plate-forme euro-marocaine « Migration, Développement, citoyenneté et Démocratie » est de créer une synergie entre les ONG actives dans le domaine du développement solidaire, afin de doter leurs actions d'une masse critique suffisante, permettant ainsi de pérenniser leurs dynamiques. Les synergies qui seront favorisées par la mise en place de la plate-forme doivent permettre d'apporter une valeur ajoutée par rapport aux actions entamées par chacune des ONG partenaires, et de réaliser des objectifs en termes de lobbying aux niveaux international, européen, euro-méditerranéen et marocain. La plate-forme vise à :

- Favoriser la convergence des actions

- Proposer une stratégie de plaidoyer collectif

- Renforcer et élargir les partenariats Nord/Sud

La plate forme s’inscrit dans les approches suivantes :

- L’accès aux droits fondamentaux pour tous

- Le renforcement des capacités et la gouvernance démocratique

- La cohérence des actions

Les objectifs stratégiques de la plateforme sont notamment de :

- Contribuer au renforcement du rôle de la société civile marocaine

- Contribuer à la mise en œuvre du processus démocratique et de l’état de droit

- Promouvoir le rôle des migrants en tant qu’acteurs de développement transnational

- D’améliorer le bien-être et les conditions de citoyenneté des couches sociales défavorisées

- Contribuer à la lutte contre le racisme dont sont victimes les migrants subsahariens au Maroc, et favoriser leur intégration économique et sociale.

- Favoriser l’intégration des citoyens marocains dans le processus économique, social et démocratique du pays.

Méthode de travail 

La méthode adoptée pour la construction de la plate-forme se veut souple, flexible et graduelle. Il ne s'agira pas, pour la plateforme, de se substituer aux missions et aux projets des organisations partenaires, mais de contribuer à faciliter une convergence des agendas et la consolidation des synergies déjà initiées au niveau des projets sur le terrain.

L’une des étapes importantes pour la concrétisation de cette dynamique est la rencontre de Nador, prévue le 16 Septembre 2011.

La charte  fondatrice:

 

La plateforme Euro-Marocaine « Migration, Développement, citoyenneté et Démocratie » s’engage à contribuer au développement démocratique, social, économique, culturel et scientifique du Maroc à travers toute forme de coopération associative.

La plateforme Euro-Marocaine « Migration, Développement, citoyenneté et Démocratie » s’engage solidairement à soutenir les efforts des associations de la société civile marocaine qui visent à édifier un Maroc démocratique, prospère, libre et respectueux de l’état de droit.

La plateforme Euro-Marocaine « Migration, Développement, citoyenneté et Démocratie » reconnaît que la coopération Euro-marocaine s’inscrit pleinement dans le rapprochement et le dialogue Euro-méditerranéen.

La plateforme Euro-Marocaine « Migration, Développement, citoyenneté et Démocratie » reconnaît la contribution positive des associations de migrants et des organisations non-gouvernementales du Nord et du Sud dans le renforcement de la coopération transnationale entre sociétés civiles. 

La plateforme Euro-Marocaine « Migration, Développement, citoyenneté et Démocratie » reconnaît que le respect des droits humains, des droits des femmes et des droits de l’enfant, ainsi que la garantie de leur protection juridictionnelle, constituent des préalables à toute action en faveur du développement. 

La plateforme Euro-Marocaine « Migration, Développement, citoyenneté et Démocratie » reconnaît que la citoyenneté, le respect de l’autonomie de l’individu, de l’égalité femmes-homme constituent les fondements de toute action en faveur du développement.

Attendu que La plateforme Euro-Marocaine « Migration, Développement, citoyenneté et Démocratie» souscrive aux principes contenus dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme;

Attendu que les communautés de migrants installées à l’étranger contribuent de manière très significative au développement du Maroc par leurs transferts d’épargne, de compétences et de savoir faire;

Attendu que les ONG marocaines, les ONG européennes et les associations de migrants marocains en Europe développent des relations de partenariat triangulaire en vue de contribuer au développement;

Attendu que les associations de développement de la société civile marocaine et les associations de migrants constituent une expression légitime des besoins de développement des populations locales.

Comité de coordination :

  • Association de coopération et développement en Afrique du Nord - CODENAF (Espagne)
  • Association des migrants marocains aux îles Baléares « Al Maghreb » (Espagne)
  • Centre Euro-méditerranéen Migration et Développement - EMCEMO (Pays-Bas)
  • Immigration, développement, démocratie – IDD (France)
  • Migration & Développement (Maroc).

Pour télécharger la plateforme, cliquez ici.

Revue de presse

Les entretiens du symposium

Actualités

Google+ Google+