jeudi 23 janvier 2020 18:57

Table-ronde : le rôle et la place des marocains du monde dans la région du Souss-Massa

mardi, 12 février 2019

Le conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) a organisé, mardi 12 février 2019 dans le cadre de ses activités au Salon du livre de Casablanca, une table-ronde sur « le rôle et la place des Marocains du monde dans la région de Souss-Massa ». MM. Mohamed Charef, Brahim Safini, Jamal Lhoussain et Ahmed Ezzahidi ont animé cette rencontre modérée par M. Abdellatif Maroufi, chercheur en économie et migration.

SIEL19 D5 TR2 MAROUFI

M. Mohamed Charef : la dimension migratoire n’est pas prise en compte par les institutionnels

Mohamed Charef est géographe et spécialiste de l'aménagement du territoire et de la migration. Il présente dans son intervention les grandes lignes de l’ouvrage « l’état, le rôle et la place des Marocains du monde dans la région Souss Massa ».

SIEL19 D5 TR2 CHAREF

« Cette étude qui nous a été commandité par le CCME a concentré 20 ans de recherche scientifique sur l’apport de la migration dans le développement de la région de Souss Massa », a-t-il expliqué.

La réflexion sur l'apport du migrant dans le développement du pays d'origine a connu son coup d’envoi avec les années 80 puis a été consacrée grâce à la création du forum mondial migration et développement à Genève.

L'étude met en particulier le point sur les écueils qui peuvent freiner la contribution de la migration au développement de la région d’origine. « Le premier obstacle est d'ordre statistique : nous avons encore du mal à connaître les statuts des Marocains de la région et la distribution de leurs transferts sur le territoire ». Il est par conséquent impossible de « définir des politiques publiques efficaces et efficients en l'absence de ces données scientifiques indispensables ».

Le développement dans notre imaginaire se limite au volet scientifique et financier alors que « c'est un concept large qui doit inclure la dimension humaine et sociale ».

Il explique également que l'apport des institutions dans la facilitation de la contribution de la migration dans le développement est défaillant et nécessite de fédérer les efforts des différents acteurs : « la dimension migratoire n'est pas réellement prise en charge par les institutions que ce soit au niveau local, régional ou national ».

Brahim Safini : la contribution des Marocains du monde est spontanée et volontaire

Dans son allocution, Brahim Safini nous a fait part de son expérience personnelle dans l’associatif puis en tant qu’élu politique. Il témoigne de sa longue expérience que la « contribution des Marocains du monde s’est toujours faite de manière spontanée et volontaire ».

SIEL19 D5 TR2 SEFINI

L’enseignement est, selon lui, « la pierre angulaire du développement local » : « nous avons alloué une importance particulière à l'éducation et avons à cet effet créé 7 groupes scolaires dans la région construits par les Marocains du monde ».

En 1972 a-t-il poursuivi, « 40% des jeunes filles seulement avaient accès à l'enseignement. Aujourd’hui, 90% d'entre elles sont scolarisées ».

« Nous avons aussi donné à la femme la place qu'elle mérite au sein de coopératives », ajoute Brahim Safini qui précise que ces investissements sont financés à seulement 7% des fonds de la collectivité pendant que plus de 90% du financement provient des fonds privés.

« Les Marocains du monde retraités font aussi partie de nos priorités » a expliqué Safini. Une génération qui, « de par son altruisme et sa générosité a en grande partie pris en charge 100% de l’électrification des 92 villages et 80% du désenclavement des routes de la région ». 

Brahim Safini conclut que « l'engagement associatif est la meilleure école pour préparer l'engagement politique ». « Je me suis engagé en politique pour faire en sorte que les jeunes Marocains du monde reprennent confiance en leur pays. Pour maintenir ce lien avec nos compétences à l'étranger, les élus doivent faire montre de transparence et de clarté ».

Jamal Lhoussain : les Marocains du monde ont fait un travail profond sur les visions des différents gouvernements

Jamal Lhoussain est fondateur de l'association « migration développement » et promoteur à l’international des produits du terroir de la région de Souss Massa exclusivement préparés par les coopératives locales.

SIEL19 D5 TR2 Houcin

Pour lui, les migrants ont fait un travail profond sur les visions des différents gouvernements : "ils ont tenu à préserver et à contribuer au développement de leurs villages pendant que les stratégies de l'exécutif se limitaient aux grandes villes et villes moyennes. Ils ont été à l'origine de la création des premières associations pour le développement ». 

Les migrants a-t-il affirmé « ont mené toute une réflexion pour promouvoir le produit local et fondé les premières coopératives féminines dans la région. Ils ont aussi été à l'origine de la promotion des produits de terroir à l'international ».

« Dans plusieurs régions, les Marocains du monde ont complètement financé l'électrification de village, le désenclavement routier et l'assainissement », a expliqué l’acteur associatif notant « une évolution exponentielle de la prise de conscience de l'apport de l'immigré tissée au fil des décennies ».

« Les infrastructures quant à la prise en charge des retraités est défaillante alors qu'ils ont toute leur vie activement contribué à construire leurs régions d'origine », a affirmé avec amertume Jamal Lhoussain.

Ahmed Ezzahidi : l’expertise des Marcains du monde est essentielle dans la promotion touristique et industrielle de la région

Dans son intervention, le vice-président de la région de Souss Massa a salué « les efforts considérables du CCME qui ont propulsé la question de l'immigration et du développement au cœur du débat national ».

 SIEL19 D5 TR2 EZZAHIDI

« Les données statistiques en la matière ne sont pas exactes mais on sait déjà qu’un million de Marocains vivant à l’étranger sont originaires de la région de Souss Massa, ce qui rend leur implication essentielle dans le plan de développement régional », a soutenu M. Ezzahidi ajoutant que « la région se dote d’une nouvelle stratégie migratoire qui sera basée sur les conclusions d’une étude réalisée en partenariat avec l'Université d'Ibn Zohr. ».

« Les Marocains du monde font l’objet d’une attention particulière notamment ce qui concerne le traitement de leur retour », affirme l’élu régional. Il explique que les élus et responsables de la région ne se limitent plus à l’action au sein d’un territoire géographique déterminé mais entreprennent des rencontres dans le cadre de la coopération internationale : « nous allons à leur rencontre dans leurs pays les écouter et prendre conscience de leurs attentes ».

Pour conclure, Ahmed Ezzahidi a affirmé que « l'expertise des Marocains du monde est essentielle dans la promotion touristique et industrielle » : « nous avons besoin de leur savoir faire et les invitons, de ce fait, à prendre part à la construction de leur pays ».

CCME

 

 

Revue de presse

Les entretiens du symposium

Actualités

Google+ Google+