La Turquie découvre l'immigration clandestine

jeudi, 07 mai 2009

Plus de un million de clandestins travaillent en Turquie. Le ministère du Travail espère réduire ce phénomène par la mise en place d'un programme de lutte contre le travail clandestin


La Turquie, frappée par la montée du chômage, qui touche 15 % de sa population active, a décidé de lutter contre l'immigration clandestine. D'après des informations du ministère du Travail et de la Sécurité sociale obtenues par le quotidien « Zaman », plus de 1 million de clandestins travaillent en Turquie. Après avoir élaboré durant quatre mois un programme de lutte contre le travail clandestin, souligne le journal, le ministère espère réduire ce phénomène pour créer un demi-million d'emplois légaux. La majorité des clandestins viennent des anciennes Républiques soviétiques, dont entre 40.000 et 70.000 d'Arménie, d'autres des Balkans et du Moyen-Orient. Ils travaillent dans le tourisme, le bâtiment, le textile, la filière cuir et les services. « La Turquie, autrefois un pays d'émigrés, est devenue un asile pour des travailleurs immigrés illégaux », écrit « Zaman ». Ce qui soulève nombre de problèmes. Car les clandestins acceptent des salaires extrêmement bas et ne touchent parfois rien, affirme le journal. De plus, ils ont tendance à travailler dans des conditions difficiles avec comme seul objectif de retourner le plus rapidement possible chez eux. Dans la partie européenne du pays, 15 % des salariés du textile sont des Roumains, selon les chiffres de la profession. Pourtant, depuis l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l'Union européenne, le nombre de clandestins de ces deux pays en Turquie a fortement chuté « pour se réorienter vers l'ouest ».

source: lesechos.fr

06/05/09

lien : http://www.lesechos.fr/info/analyses/4861290-la-turquie-decouvre-l-immigration-clandestine.htm

Revue de presse

Les entretiens du symposium

Google+ Google+