jeudi 23 novembre 2017 22:27

La société civile se préoccupe de la mise en place des centres de tri des migrants dans les pays africains

mercredi, 30 août 2017

Plus de 50 organisations de la société civile africaine et de la diaspora se sont réunies les 28 et 29 août 2017 à Bamako (capitale du Mali), dans le cadre des consultations régionales panafricaines sur le Pacte Global sur les Migrations.

Les deux jours des travaux ont porté sur l’analyse des causes profondes et principaux facteurs de la mobilité en Afrique (pauvreté, conflits, changements climatiques, opportunités pour les jeunes etc.), les droits de l’homme, l’inclusion sociale, la cohésion et l’intégration ; de la Xénophobie et du racisme.  Le travail et les droits civiques de tous les migrants et la transférabilité des droits ont également été à l’ordre du jour à travers des séances plénières et thématiques.

BAMAKO 2

A l’issue de cette rencontre, les participants ont affirmé dans la « déclaration de Bamako » leur préoccupation par les politiques migratoires, sous la pression de l’Europe, qui vont à l’encontre des intérêts des populations africaines et de la liberté de circulation. Les organisations de la société civile ont également montré leur préoccupation par rapport à la mise en place de centres de tri dans des pays africains pour limiter la migration vers l’Europe. Cette mesure rend toute demande d’asile quasiment impossible et est contraire à la fois à la Convention de Genève et celle de l’Union Africaine sur les réfugiés.

D’autre part, la « déclaration de Bamako » invite les Etats africains à reconnaître que la migration est un droit fondamental, à s’abstenir de signer des accords sur la mise en place de centres de tri avec les pays de l’Union Européenne et à garantir les intérêts des migrants africains qu’ils soient sur le continent ou en dehors. Le document a également appelé à mettre en place de véritables politiques africaines qui promeuvent la citoyenneté en privilégiant les droits des enfants accompagnés ou non et à travailler à l’émergence d’une véritable politique africaine de migration reconnaissant le rôle très positif du migrant et lui fournissant les cadres pouvant promouvoir sa dignité et son statut de vecteur de développement.

La rencontre a également été l’occasion de discuter du contenu du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, issu du Sommet de haut-niveau sur les réfugiés et les migrations, qui s'était déroulé le 19 septembre 2016, à New York.

CCME

revue de presse

Les entretiens du symposium

ZOOM sur ...

Portraits

Google+ Google+