jeudi 18 juillet 2019 05:23

M. Boussouf invite les imams en France à la connaissance scientifique pour comprendre le contexte européen

mardi, 30 janvier 2018

Le Conseil européen des ouléma marocains (CEOM) a organisé, en partenariat avec l’Union des Mosquées de France (UMF), une session de formation au profit des imams à Paris. Cette rencontre intervient dans le cadre de la continuité des actions du conseil pour la mise à niveau des imams afin qu’ils puissent s’acquitter de leur mission dans le contexte européen dans le respect du vivre-ensemble et des valeurs de paix et de stabilité sociale.

La formation a été assurée par MM. Tahar Tajkani, président du CEOM, Abdellah Boussouf, Secrétaire général du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME), Mohammed Moussaoui, président de l’UMF et Said Chabar, Président du Conseil des ouléma de Béni Mellal.  

Dans son intervention, M. Abdellah Boussouf a fait un exposé de la situation des Musulmans en Europe, affirmant qu’ils vivent dans des conditions alarmantes, « une fallite » selon lui, sur tous les plans, se demandant si cette situation pouvait réellement changer vu « l’accumulation des images négatives et des stéréotypes qui se sont accaparés des esprits, que ce soit chez les musulmans ou chez toutes les composantes de la société dans laquelle ils vivent ». Après avoir mis en valeur les contextes sociaux, politiques et économiques qui ont contribué à cette situation et qui la consacrent, M. Boussouf a vivement appelé à réanimer les volontés de tout un chacun pour réaliser des changements, insistant sur les possibilités et opportunités qu’offrent les sociétés européennes pour relever ce défi.

SG 2018 2

Le Secrétaire général du CCME a assuré dans son allocution que les valeurs communes se basent en Islam sur la connaissance de l’autre et du contexte qui nous rassemble, précisant que le Saint Coran fait prévaloir la valeur de la connaissance de l’autre comme objectif du rassemblement humain et pose la condition de cette connaissance pour le commencement de toute relation entre les individus et au sein des sociétés.  

Pour réaliser cette connaissance et arriver au stade de la rencontre, il est impératif d’avoir une connaissance précise du contexte dans lequel vivent les Musulmans, qu’il soit local ou international, a indiqué M. Boussouf, affirmant que ces derniers sont en général déconnectés de leur réalité et de leur époque. Cette déconnexion de leur contexte a fait de leur religion et de leur patrimoine des tribunes pour reproduire le passé sur le plan de la pensée ou du comportement et une porte de sortie de l’histoire.  

M. Boussouf n’a pas manqué d’évoquer le contenu de son livre paru récemment sous le titre « l’Islam et le commun universel », rappelant tous les règles et les modèles du vivre-ensemble que contiennent l’Islam qui fait prévaloir le pluralisme et la diversité à tous les niveaux.

M. Boussouf a insisté sur l’importance de faire des institutions islamiques des passerelles d’entrée dans leurs sociétés, de contribuer à leur construction et de préserver leur équilibre au lieu d’en faire des murailles qui nous sépare de notre temps. Il a enfin invité les imams à connaître les contextes des sociétés dans lesquelles ils vivent une connaissance précise à même de leur permettre de produire des actions qui soutiennent leurs compatriotes à dépasser les écueils.  

CCME

Revue de presse

Les entretiens du symposium

Google+ Google+