vendredi 16 novembre 2018 18:16

Mimoun AZIZA

Professeur d’Histoire Contemporaine à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Meknès (Université Moulay Ismail- Meknès).
Spécialiste des relations hispano-marocaines à l’époque contemporaine. Ses travaux de recherche portent essentiellement sur la présence espagnole dans le Rif. Auteur d’un ouvrage portant sur la société rifaine face au protectorat espagnol au Maroc (1912-1956). Il a également publié une vingtaine d’articles traitant différents aspects de l’histoire du Rif à l’époque coloniale.

 

Plus dans cette catégorie : « Mohamed AUJJAR Affoussiata BAMBA LAMINE »

Les entretiens du symposium

Edito

  • Pour sa sixième participation, Le CCME avec son pavillon hébergera lors de cette édition 2014 du Salon du livre un programme éclectique. Si notre invité principal est l’Afrique, où nous avons l’honneur d’avoir des invités de marque du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Gabon, du Mali, du Congo, du Bénin, de la Mauritanie, du Cameroun, du Niger, de la République Centrafricaine, de l’Angola, et de Namibie, le bouquet programmatique sera néanmoins garni par deux célébrations : le cinquantenaire de deux accords conclus, en 1964, par le Maroc, avec la Belgique d’une part et le Sénégal d’autre part.

    L’actualité de l’immigration en Europe, toujours mouvementée, aura sa juste place avec des sujets brûlants qui touchent au vivre ensemble et aux crispations, en particulier identitaires, qui découlent de ses ratés. Notre pavillon accueillera des auteurs qui sont dans l’actualité où à travers leurs productions livresques ou par leurs travaux pointus dans le domaine, jetteront la lumière sur ces phénomènes saillants.

    Il y a par ailleurs l’actualité du monde arabe, qui après ce qu’on a qualifié de printemps arabe, ne cesse d’interroger le monde en général et le monde musulman en particulier. De grands noms ont accepté notre invitation pour un échange qui, à ne pas en douter, sera fécond.

    Enfin, il y a plusieurs auteurs qui viendront à la rencontre du public marocain pour des causeries autour de leurs récentes productions éditées avec ou sans le concours du CCME.

    On ne saura conclure ce propos préliminaire, en oubliant, d’évoquer le programme jeunesse qui d’année en année se bonifie aussi bien par la qualité des animations que par la présence nombreuse des jeunes qui visitent le pavillon du CCME.

Google+ Google+