EDITORIAL

Léo Ferré chantait merveilleusement bien que "avec le temps va, tout s'en va". Mais, le plus emblématique des chanteurs anarchistes Français, ne pensait sans doute pas à la politique et à l'intégration concrète de ces gens venus des pays les moins riches de la planète pour étudier, lutter et occuper des postes politiques. 
Les racistes, comme Robert Ménard, l'ancien maître chanteur et président de Reporters Sans Frontières devenu maire de Béziers, ont beau parler de cet horrible "Grand Remplacement" aux origines "étrangères" des personnes élues et totalement intégrées dans leur pays d'accueil, si ce n'est celui de leurs parents, les faits sont là: de plus en plus de femmes et d'hommes politiques originaires de pays non européens dont les parents, dans ce cas précis, sont musulmans, accèdent aux plus hautes sphères des Etats Européens. 
Ils ne sont pas présidents, mais ministres, élus locaux, députés, maires de grandes villes parfois, parce que comme leurs concitoyens européens ils ont fait le choix de faire du combat politique non pas leur arme d'intégration, étant donné que la question ne se pose pas, mais, une bataille pour la société dans laquelle ils vivent. Preuve de cette intégration: ils sont de droite, de gauche, d'extrême gauche et parfois même proches de l'extrême droite... 
Ils mènent leur combat politique en fonction de leurs positions politiques et non de celle de leurs ancêtres. 
Si de nombreux responsables politiques dont les parents sont d'origine étrangère, sont des hommes, il est intéressant de noter que les femmes sont particulièrement impliquées en politique: elles occupent des postes ministériels (exemple de la France), de président de la chambre basse du parlement néerlandais (Khadija Arib), elles sont omniprésentes dans les communes d'un certain nombre de pays du Vieux continent.Et l'exemple de Aïcha Less qui est la première femme d'origine marocaine à Londres élue - le 5 mai 2016- pour le parti travailliste à Church Street sont des exemples intéressants. Ceci au moment où un britannique d'origine pakistanaise, à savoir M.Sadiq Khan, dont le pays a durant très longtemps été membre du Commenwealth, devenait le 3ème maire de Londres, après "l'excentrique" Boris Johnson en faveur de la sortie de la Grande Bretagne de l'Europe (BREIXIT), mais pour que la Grande Bretagne accueille plus de réfugiés, sans oublier le prédécesseur de ce dernier, Ken le Rouge (Ken the Red) ancien trotskiste maire de l'une des capitales les plus cosmopolites du monde.
L'intégration n'est presque plus à l'ordre du jour aujourd'hui. Et bien qu'il y ait une montée des racismes et du rejet de l'autre en Europe, mais aussi ailleurs dans le village planétaire (hélas ultralibéral) de Mac Luhan, des êtres humains du "village Mac Luhanien" s'intègrent dans des sociétés qui sont devenues indiscutablement les leurs.
CCME

Revue de presse

Les entretiens du symposium

Actualités

Google+ Google+