samedi 22 juin 2024 06:16

picto infoCette revue de presse ne prétend pas à l'exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse marocaine, internationale et autres publications, qui n'engagent en rien le CCME.

Niger : Séjour d’une délégation de l’Union Européenne à Agadez

L’Ambassadeur de l’Union européenne au Niger, SEM. Raul Mateus Paula accompagné d’une délégation de la Commission européenne de Bruxelles et de représentants d'Etats membres était mardi à Agadez où il a signé une convention sur ‘’ Le Plan d'Actions à Impact Economique Rapide à Agadez qui sera encadré par la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP) avec la participation des autorités locales et régionales, par le biais du projet AGAPAIR (Agadez-Programme à Impact Rapide) d’un montant de 1.075.000 EUR, avec (HACP).Il a aussi procédé au lancement de Projets financés dans la région, dans le cadre du Fonds Fiduciaire d'urgence. Pour les quatre projets mis en œuvre dans la région, c'est une enveloppe de 70 millions d'Euros du Fonds Fiduciaire à laquelle s'ajoutent 38 millions d'euros de contribution des partenaires permettant ainsi d'atteindre un total de 108 millions d'Euros, qui va être consacrée en grande partie à la Région d'Agadez. 

‘’Un peu plus d'un an après la création du Fonds Fiduciaire en novembre 2015, le Niger est à ce jour le premier bénéficiaire avec près de 140 millions d'Euros déjà engagés déclare SEM. Raul MATEUS PAULA ‘’ L’Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, SEM. Raul Mateus Paula accompagné du Président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP) le Colonel-major Mahamadou Abou Tarka et d’une délégation de la Commission européenne de Bruxelles ainsi que des représentants d'Etats membres, était mardi à Agadez. Il a été accueilli à son arrivée dans la capitale des Sultans sur le tarmac de l’Aéroport International Mano dayak par le Gouverneur de la région d’Agadez M. Sadou Saloké, le Président du Conseil Régional M. Mohamed Anako et le Maire de la Commune Urbaine M. Rhissa Feltou. 

Au cours d’une rencontre qui s’est tenue au Gouvernorat de la région d’Agadez SEM. Raul Mateus Paula et le Président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP) ont signé une convention sur ‘’ Le Plan d'Actions à Impact Economique Rapide à Agadez qui sera encadré par la HACP avec la participation des autorités locales et régionales, par le biais du projet AGAPAIR (Agadez-Programme à Impact Rapide) d’un montant de 1.075.000 EUR. L’Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, SEM. Raul Mateus Paula a procédé en outre au lancement des projets du Fonds Fiduciaire d'urgence pour la migration de l'Union européenne à Agadez. 

Pour les quatre projets mis en œuvre dans la région , c'est une enveloppe de 70 millions d'Euros du Fonds Fiduciaire à laquelle s'ajoutent 38 millions d'euros de contribution des partenaires permettant ainsi d'atteindre un total de 108 millions d'Euros, qui va être consacrée en grande partie à la Région . 

Dans une allocution qu’il a prononcée à l’occasion de la visite de l’Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger, le gouverneur d’Agadez M. Sadou Saloké a déclaré que ’’ c’est un grand pas qui vient d’être franchi dans la recherche des solutions à une préoccupation qui affecte profondément notre région et au-delà certains pays du sous-continent africain et de l’Europe. La lutte contre la migration clandestine au plan interne ne peut être menée sans une réelle implication des autorités locales car les mesures législatives et règlementaires ont montré leurs limites. 

Elles ont porté des préjudices énormes au plan économique et sécuritaire selon M. Soloké ‘’Ainsi la mise en œuvre des projets permettra de répondre aux préoccupations des populations de la région en particulier et de notre pays en général, d’améliorer les conditions de vie des jeunes, la valorisation des produits agricoles et les capacités d’intervention des autorités dans la lutte contre le phénomène de la migration irrégulière’’. 

Pour le Président du Conseil Régional d’Agadez M. Mohamed Anako ,la mission conjointe Délégation de l’Union Européenne et HACP est d’une importance capitale pour la région parce qu’elle marque l’aboutissement d’un long processus de réflexions, de concertations et de concrétisation des engagements pris aussi bien par les plus hautes autorités nigériennes, que par les partenaires européens dans la recherche de solutions appropriées à la problématique de la migration irrégulière dans notre pays en général, et la région d’Agadez en particulier. 

Parmi ces engagements on peut citer ceux du Président de la République El hadj Mahamadou Issoufou et le Gouvernement de la 7ème République au sommet de la Valette; mais également ceux pris par la Haute Représentante/Vice-Présidente du Conseil Européen, Madame Frederica Mogherini lors de sa visite à Agadez en septembre 2015. 

La région d’Agadez du fait de sa position géographique dira M. Anako est à la fois, un carrefour d’échanges entre les peuples de l’Afrique subsaharienne et le Maghreb, une destination Touristique et une région de transit des migrants. En effet, suite à l’insécurité grandissante particulièrement dans le Sahel et à la faveur du protocole de la CEDEAO, les activités touristiques ont donné place à la migration devenue une alternative pour atténuer le chômage des jeunes sans emploi. 

Cette activité a été accentuée du fait de la crise Libyenne eu égard à l’absence d’un rempart méditerranéen sûr faisant de la région d’Agadez malgré elle, le pivot migratoire par excellence vers lequel convergent les ressortissants de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale, candidats à la migration. La Région d’Agadez est devenue de fait malgré elle, un carrefour des flux migratoires où se déroulent des tragédies humaines intolérables (trafic des migrants, traite de personnes) qui déciment l’espoir de tous les pays africains concernés, notamment la jeunesse à la recherche d’un hypothétique lendemain meilleur. 

Parce qu’elle est source des tragédies humaines intolérables, contrariant toutes les programmations des états et des collectivités territoriales devait poursuivre M. Mohamed Anako, la migration devenue irrégulière depuis la loi 2015-036, a d’abord des conséquences multiples et contraignantes pour nos communautés déjà assez vulnérables. (……).’’Elle constitue un phénomène avec des nouveaux défis, ce qui a amené le Conseil régional, à travers un axe stratégique bien spécifié du Plan de Développement Régional, a formulé des pistes de solutions afin de poser les jalons d’une solution durable du phénomène’’. 
Malgré leurs faibles capacités et une conjoncture économique difficile, les collectivités territoriales compte tenu de leur responsabilité et des impératifs de leurs missions ne sont pas restées passives dans la recherche de solutions à cette nouvelle problématique .C’est ainsi que plusieurs initiatives ont été prises parmi lesquelles on peut citer : la concertation permanente sur la question d’une part avec les autorités de tutelle au niveau régional, mais également entre collectivités; la tenue d’un Colloque Internationale organisée par l’Université d’Agadez; l’Organisation d’une table ronde sur la question par la Commune Urbaine d’Agadez; la création de cadres de concertation sur la thématique migration; la concertation et le recensement des acteurs, prestataires locaux intervenants dans le domaine de la migration; la concertation avec tous les partenaires techniques et financiers intervenants sur la question; la conception de plusieurs idées de programmes/projets pour résorber la question etc… Les collectivités de la région d’Agadez sont confrontées aujourd’hui à la gestion des conséquences de l’arrêt de cette activité. En effet, au vue du contexte de la région marqué par l’arrêt du tourisme, aux licenciements massifs opérés par les sociétés minières et la situation qui prévaut en Libye, la migration a été paradoxalement une bouffée d’oxygène pour l’économie locale à travers les emplois qu’elle génère pour la jeunesse de la région. 

C’est pourquoi le Président du Conseil Régional a lancé un vibrant appel à l’Etat et aux partenaires pour accompagner les efforts des collectivités afin de faire face à ce problème complexe, en vue de préserver la stabilité de la région dans un environnement régional marqué par des risques d’insécurité. 
A travers la signature de conventions de financements et le lancement de projets en réponse à la migration irrégulière, les autorités Nigériennes et l’Union Européenne, ont fait un pas important dans l’amélioration de la gouvernance locale et la responsabilisation de la région d’Agadez par rapport à la question, a par ailleurs indiqué M. Anako qui, au nom des populations a adressé tous ses vifs remerciements à l’Etat ainsi qu’à l’Union Européenne partenaire privilégié du Niger pour cette marque de considération à l’endroit de la Région. 

Ils les a aussi rassuré de l’ engagement du Conseil Régional à contribuer pleinement à l’atteinte des résultats assignés aux différents projets tout en demandant aux différentes agences d’exécution et de mise en œuvre desdits projets, que les collectivités territoriales ont un rôle important à jouer dans l’ancrage institutionnel des projets compte tenue de la mission que leur confère la loi et afin de permettre au conseil régional d’accomplir aisément sa mission de promotion et de coordination du développement régional. 

Le Maire de la Commune Urbaine d’Agadez M. Rhissa Feltou s’est réjoui de la nouvelle donne qui consiste à freiner la migration, qui interprétée sur un autre angle est une activité génératrice de revenues ici à Agadez depuis que le tourisme s’est arrêté .Nous inscrivons notre démarche dans cette logique de lutte contre la migration en faisant des propositions aux partenaires et à l’Etat. M. Rhissa Feltou a déclaré que les autorités municipales soutiennent les efforts de l’UE et de la HACP visant à permettre aux différents acteurs de la chaine migratoire de s’insérer dans d’autres secteurs porteurs notamment des projets structurants ‘’. 

Le Président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), le Colonel-major Mahamadou Abou Tarka, a de son côté rappelé que la Commission européenne a lancé il y a quelque mois déjà un Fonds Fudicaire d’Urgence en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique. Ce Fonds d’un montant de 1,9 milliards d’Euros issu du budget du Fond Européen de Développement a-t-il indiqué sera complété par des contributions des Etats membres et d’autres donateurs. ’’Ils sont destinés à accompagner les efforts de lutte contre la migration dans les Etats du Sahel et du Bassin du Lac Tchad’’. 

Le Président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix a, au cours de la cérémonie de signature de la convention Union européenne /HACP réaffirmé l’engagement ferme de son institution à œuvrer sans relâche avec ses partenaires dans le cadre de la diminution des conséquences économiques du trafic des migrants sur l’économie locale et offrir ainsi des alternatives à ces activités de trafic ‘’. 

Dans le discours qu’il a prononcé lors du lancement de quatre importants projets financés par le Fonds Fiduciaire pour la migration de l'Union européenne, l’Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger SEM. Raul MATEUS PAULA, a renouvelé la volonté sans faille de l'Union européenne de se tenir et d'œuvrer aux côtés de la République du Niger qui fait aujourd'hui face à de nombreux défis, tant économiques que sécuritaires, dans un esprit de solidarité, de partenariat, et de responsabilité partagée. Signe fort de cet engagement, et un peu plus d'un an après la création du Fonds Fiduciaire en novembre 2015, a indiqué SEM. Raul MATEUS PAULA, le Niger en est à ce jour le premier bénéficiaire avec près de 140 millions d'Euros déjà engagés. 

Pour les quatre projets mis en œuvre dans la région déclare l’Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger SEM. Raul MATEUS PAULA, c'est une enveloppe de 70 millions d'Euros du Fonds Fiduciaire à laquelle s'ajoutent 38 millions d'euros de contribution des partenaires permettant ainsi d'atteindre un total de 108 millions d'Euros, qui va être consacrée en grande partie à la Région d'Agadez. ‘’Cette enveloppe globale permettra la mise en œuvre d'importantes actions de développement, avec un objectif : l’emploi, et une priorité : la jeunesse, autour d'une stratégie s’organisant sur trois axes : le développement socio-économique et la création d’emploi, le renforcement des filières agricoles et la valorisation économique des productions, le renforcement durable de la gestion des flux migratoire’’. 

Le projet d’appui à la formation et l’insertion professionnelle des jeunes filles et garçons des régions d’Agadez et de Zinder, bénéficiant de près de 7 millions d'Euros et mis en œuvre en partenariat avec LUX Dev, la coopération luxembourgeoise, s'attachera à améliorer les conditions de vie des jeunes par le développement de leurs compétences professionnelles et l’amélioration de leur employabilité. 

Le projet d’appui aux filières agricoles dans les régions d’Agadez et de Tahoua œuvrera quant à lui à améliorer durablement les conditions de production et la valorisation économique des produits agricoles. Mis en œuvre en partenariat avec l’Agence Française de Développement et doté d’un budget de 67 millions d’Euros sur cinq ans, il s’attachera à :renforcer les infrastructures et les aménagements nécessaires au développement durable des productions agricoles à travers les investissements des collectivités territoriales; Faciliter l’accès aux institutions financières des acteurs des filières agricoles; à améliorer les services à l’agriculture dans le but de développer une agriculture moderne, durable et performante sur les marchés. 

Enfin, le projet "Renforcement de la Gestion Durable des Conséquences des Flux Migratoires au Niger" a pour objectif de développer la capacité de réaction rapide des collectivités territoriales face à l’afflux de migrants et de ses conséquences, afin de développer des mesures adaptées de prévention et de gestion des situations de crise. 

Mis en œuvre en partenariat avec la GIZ, il bénéficie d’une enveloppe de 26,5 millions d’Euros, et permettra notamment, en collaboration avec les autorités locales et partenaires locaux nigériens, d’identifier et mettre en œuvre des mesures structurelles d’infrastructures, de promotion du développement local et de renforcement des capacités, ainsi que des mesures de réponse à des besoins de court-terme. 

Ces trois projets, d'une durée allant de 3 à 5 ans, ont donc une vocation structurante a noté l’Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne au Niger. C’est suite à la réunion du Cadre de Concertation sur la migration qui s’est tenue le 06 octobre 2016 sous l’égide de Monsieur le Ministre d'Etat, Ministre de l’Intérieur, que l’Union européenne a décidé le financement immédiat d’un Plan d’Actions à Impact Economique Rapide à Agadez selon Raul MATEUS PAULA. 

Doté d'un budget de huit millions d'Euros sur 18 mois, ce projet a poursuivi l’Ambassadeur, Chef de Délégation de l'Union européenne ,sera piloté par la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix par le biais du contrat signé mardi à Agadez par les deux parties et proposera des mesures d'accompagnement parallèlement aux mesures policières et judiciaires prises par le gouvernement pour le contrôle de la migration irrégulière. 

«Mis en œuvre en partenariat avec les ONG Karkara et CISP, il permettra la création d'emploi immédiat pour la jeunesse de la région d'Agadez, en s'attachant particulièrement à proposer des alternatives aux activités économiques liées à la migration irrégulière. Car nous en sommes conscients également, tant par la situation géographique d'Agadez qu'en raison des difficultés économiques auxquelles elle fait face, la jeunesse y représente à l'heure actuelle un facteur économique important. Il est donc impératif de lui proposer des alternatives, légales et durables’’. 

C'est tout l'esprit du Plan d'Actions à Impact Economique Rapide, qui, sous l'égide de la HACP, de concert avec le Cadre Régional de Concertation des acteurs intervenant dans le domaine de la migration, s'attachera à proposer des mesures alternatives qui prendront corps à partir des projets ci-avant exposés. 

Dans cette perspective et plus que jamais, a par ailleurs indiqué SEM. Raul MATEUS PAULA, l'Union européenne est engagée pour accompagner la République du Niger et ses autorités dans leurs efforts pour proposer un développement économique diversifié, légal, et durable aux nigériens. Dans cet esprit, et en vue de renforcer la coordination des nombreuses actions soutenues par l'Union européenne dans la région d'Agadez, la Délégation a d'ores et déjà fait part aux autorités nigériennes de son souhait d'ouvrir un bureau à Agadez. 

De même, faisant suite à une demande des autorités régionales d'Agadez, les études pour la construction d'une centrale électrique mixte (photovoltaïque et diesel) répondant aux besoins énergétiques de la ville, sont déjà très avancées. Une décision de financement devrait être prise dans les prochaines semaines. Il s'agira d'un financement mixte, Union européenne (don) et Agence Française de Développement (prêt) ». 

Concernant les projets financés par le Fonds Fiduciaire pour la migration de l'Union européenne, il s’agit de : Plan d'Actions à Impact Economique Rapide dans la Région d'Agadez (PAIERA). Suite à la deuxième réunion du Cadre de Concertation sur la Migration le 06 octobre 2016, l'Union européenne a pris la décision de financer une action rapide visant à proposer des mesures de création d'emploi immédiat dans la région d'Agadez. Pilotée par la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix en partenariat avec les ONG Karkara et CISP, le Plan d'Actions à Impact Economique Rapide à Agadez (PAIERA) sera doté d'une enveloppe globale de 8 millions EUR et mis en œuvre sur une durée de 18 mois à partir du 24 janvier 2017. 

Il a pour objectifs de proposer des mesures d’accompagnement parallèlement aux mesures policières prises par le gouvernement sur la migration irrégulière; amorcer un dialogue avec les principaux acteurs des filières d’immigration irrégulière, les sensibiliser sur la politique de l’Etat en la matière, et sur les risques liés au trafic; étudier et formuler des options de reconversion; offrir des opportunités d'emploi et d’insertion socioprofessionnelle aux acteurs économiques qui bénéficient directement ou indirectement des retombées financières liées aux migrants. 

Les Résultats attendus à travers ce projet : instaurer un dialogue avec les acteurs clés du trafic des migrants; identifier des pistes de solution pour permettre aux trafiquants de se reconvertir vers des activités licites. Les acteurs directs du trafic susceptibles d'être intéressés par des activités de reconversion et les bénéficiaires indirects des retombées économiques liées au trafic ont été identifiés et réorientés vers des activités offrant une certaine forme de réinsertion professionnelle et adaptées à leurs capacités tout en compensant partiellement le manque à gagner lié à l’arrêt du trafic. 

Le Pilotage du Plan d'Actions à Impact Economique Rapide à Agadez : AGAPAIR (Agadez-Programme à Impact Rapide) est financé par l'Union européenne. Il sera mis en œuvre par la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix .Dotée d'un budget de 1.075.000 EUR, cette action se déroulera sur une durée de 18 mois à partir du 24 janvier 2017. Le Cadre Régional de Concertation (CRC) des acteurs intervenant dans le domaine de la migration sera étroitement associé à ses activités. 

En tant que maître d’ouvrage du programme Plan d'Actions à Impact Economique Rapide à Agadez (PAIERA), la HACP contribue au dialogue politique sur les questions de migration en région d’Agadez ; son action permet d’atténuer les conséquences économiques de la diminution du trafic des migrants sur l’économie locale. 

L'un des objectifs du projet est de participer au dialogue amorcé avec les principaux acteurs des filières d’immigration irrégulière, à la définition d’options de reconversion et superviser l’ensemble des projets de PAIERA ayant trait à la création d’opportunités d'emploi et de réinsertion socioprofessionnelle de la population. 

La HACP a participé de façon active au dialogue qui s’est instauré avec les acteurs clés du trafic des migrants. La politique du gouvernement en la matière et les risques liés au trafic sont connus par les acteurs du trafic de même que leurs contraintes/revendications sont connues des autres parties prenantes. Des pistes de solution sont identifiées pour permettre aux acteurs du trafic de se reconvertir vers des acticités licites. 

Les projets de PAIERA ayant trait à la création d’opportunités d'emploi et de mesures à impact rapide ont été suivis et orientés pendant toute leur durée du programme. La HACP a joué son rôle de facilitateur et de catalyseur pour favoriser les synergies entre acteur du processus de reconversion. 

La société civile d’Agadez est activement impliquée dans le dialogue politique, la sensibilisation et la mise en œuvre de mesures à impact rapide en faveur de la population de la région. La mise en œuvre des activités d'emploi et d’insertion socioprofessionnelle incombera aux ONG Karkara et CISP. 

«Appuyer la formation et l’insertion professionnelle des jeunes filles et garçons des régions d’Agadez et Zinder en vue de contribuer au développement socioéconomique de ces deux régions» Le pilotage de l’Enseignement et Formation techniques et professionnels (EFPT) aux niveaux central et surtout régional est amélioré. Le but de cette composante consiste à renforcer les capacités institutionnelles et organisationnelles des démembrements régionaux en charge de l’EFPT en vue de l’opérationnalisation de la politique sectorielle par un appui conseil placé auprès des directeurs régionaux en charge de l’EFPT. 

Cet appui est largement complémentaire avec celui du programme bilatéral de la Coopération luxembourgeoise qui appuiera le niveau central dans la même démarche. 

L'accès des jeunes à une formation diversifiée et aux mesures d'accompagnement favorisant l'insertion professionnelle est amélioré. 

Appui à la mise en œuvre du Plan sectoriel de l’Éducation et de la Formation (PSEF) spécifiquement au niveau des régions d’Agadez et Zinder pour qu’un nombre croissant de jeunes possèdent de meilleures compétences professionnelles leur facilitant l’accès au marché de l’emploi. L’appui ciblera directement plus de 6.000 jeunes filles et garçons à travers des actions de transfert de compétences professionnelles et/ou d’insertion professionnelle. 

D’un Coût total de 6.900.000 EUR étalé sur 36 mois à partir de novembre 2016 et mis en œuvre par la Coopération Luxembourgeoise, ce Projet a pour objectifs, améliorer les conditions de vie des jeunes des régions d’Agadez et Zinder à travers le développement des compétences professionnelles et l’amélioration de l’employabilité des jeunes filles et garçons grâce à la formation professionnelle et au développement de la petite entreprise artisanale. 

Projet d’appui aux filières agricoles dans les régions de Tahoua et Agadez Le Projet a entre autres objectifs, améliorer durablement les conditions de production et la valorisation économique des produits agricoles dans les régions de Tahoua et d’Agadez; renforcer les infrastructures et les aménagements nécessaires au développement durable des productions agricoles et à leurs mises en marche à travers les investissements des collectivités territoriales; Faciliter l’accès aux institutions financières des acteurs des filières agricoles; améliorer les services à l’agriculture dans la perspective de développer une agriculture moderne, durable et performante sur les marches. 

Ledit Projet permettra des investissements ou mesures en faveur de la protection du potentiel productif des ressources naturelles; la réalisation d’infrastructures et d’aménagements permettent la valorisation durable des terres arables en vue de retenir les jeunes dans les sites concernés et d’améliorer les revenus des populations; la valorisation des produits agricoles jusqu’à la mise en marché sont améliorées; la maîtrise d’ouvrage des collectivités territoriales est renforcée. 

Un mécanisme d’appui au financement des investissements agricoles est mis en place avec les institutions financières et les opérations de financement agricole sont mieux sécurisées. Dans la même lancée, les institutions financières sont renforcées pour améliorer les services financiers à l’agriculture. (….)Les organisations professionnelles agricoles développent leurs services de conseils au profit des acteurs des filières et renforcent leurs capacités d’orientation du développement régional avec l’appui des Chambres Régionale ď Agriculture (CRA) et du Réseau National des Chambres Régionales ď Agriculture (RECA). 

Le «Projet d’appui aux filières agricoles dans les régions de Tahoua et Agadez» a un montant de 67.000.000 EUR dont une contribution de 30.000.000 EUR de l’UE en partenariat avec l’AFD pour une durée de 63 mois à partir du 29 septembre 2016. 

Renforcement de la Gestion Durable des Conséquences des Flux Migratoires au Niger Les objectifs du Projet visent, à soutenir le renforcement de la capacité de réaction rapide et appropriée des collectivités territoriales face à l’afflux de migrants et ses conséquences, afin de développer des mesures adaptées de « prévention et gestion des situations de crise », à travers les cadres de concertation existants, promouvoir le dialogue des différents acteurs au niveau national en faisant monter en échelle les expériences probantes réalisées aux niveaux communal et régional dans le domaine de la gestion des flux migratoires afin de contribuer à l’élaboration d’une stratégie nationale de la migration. 

Il sera mis en place plusieurs Observatoires aux niveaux des instances régionales et communales permettant de capter et d’analyser les conséquences de l’afflux migratoire dans les régions concernées, d’identifier des « zones sensibles à forte nécessite d’action », et de formuler des recommandations d’actions concrètes a l’intention des conseils municipaux/régionaux ; identifier, développer et mettre en œuvre des mesures structurelles (d’infrastructures, de promotion du développement local, de renforcement de capacités), et si nécessaire des mesures conjoncturelles (en réponse à des besoins de court terme), en coopération avec les partenaires locaux nigériens actifs dans ces zones pour répondre efficacement et rapidement aux besoins spécifiques des populations autochtones, des migrants en transit ou de retour, et ainsi promouvoir un développement local inclusif. Coût du Projet : 26.500.000 EUR dont une contribution de 25.000.000 EUR de l’UE en partenariat avec la GIZ pour une durée de 36 mois à partir du 1er octobre 2016. 

Ces quatre projets totalisent une enveloppe de 70 millions EUR du Fonds Fiduciaire à laquelle s'ajoutent 38 millions d'euros de contribution des partenaires permettant ainsi d'atteindre un total de 108 millions d'Euros, qui va être consacrée en grande partie à la Région d'Agadez. 

L’Union européenne est engagée pour accompagner la République du Niger et ses autorités dans leurs efforts pour un développement économique diversifié, légal, et durable en faveur des nigériens. Dans cet esprit, et en vue de renforcer la coordination des nombreuses actions soutenues par l'Union européenne dans la région d'Agadez, la Délégation a d'ores et déjà fait part aux autorités nigériennes de l’ouverture prochaine d’un bureau à Agadez» a indiqué l’Ambassadeur, Raul Mateus Paula. 

L’Ambassadeur de l’Union Européenne au Niger, a effectué une visite au siège d’EUCAP Sahel Niger à Agadez. SEM. Raul Mateus Paula a également visité le centre de l’OIM. Lors d’une rencontre avec les migrants pris en charge par l’OIM, il a rassuré les uns et les autres que ‘’l’Union Européenne est en train de développer des programmes pour que les migrants une fois de retour dans leurs pays respectifs soient aidés dans le cadre de leur réinsertion et puissent développer leurs capacités. L’Afrique est un continent d’avenir, de croissance économique a-t-il dit en substance. L’ambassadeur de l’UE a conseillé les migrants de chercher à voyager légalement, d’éviter de se laisser tromper par des passeurs qui mettent leurs vies en dangers ‘’. 

Le chef de la délégation de l’Union Européenne, s’est enfin rendu sur le site de la future centrale hybride qui sera financée par l’UE et l’Agence Française de Développement (AFD). La centrale électrique solaire photovoltaïque de 15MWT d’Agadez est financée pour un montant de 30.000.000.000 FCFA. Elle sera opérationnelle d’ici fin juin estiment les responsables du Conseil Régional. 
Ces séries de visite illustrent les engagements pris par l'UE au plus haut niveau pour accompagner les autorités du Niger dans la mise en place de perspectives de développement et d’alternatives à la migration irrégulière. Il témoigne également de la détermination de l'UE à travailler en étroite collaboration avec les populations et les autorités de la région d'Agadez et d’autres régions. 

26 jan 2017

Source : ANP

Google+ Google+