dimanche 1 novembre 2020 02:20
La ministre de la Jeunesse et des Sports, Mme Nawal El Moutawakil, a donné jeudi à Meknès le coup d'envoi officiel de l'opération "Vacances pour tous 2009".

Mme El Moutawakil, qui était accompagnée du gouverneur d'El Hajeb, M. Mohamed Allouch et du président du conseil de la commune urbaine de Meknès, M. Ahmed Hilal, a procédé à cette occasion à la distribution d'un lot d'équipement au premier groupe d'enfants bénéficiaires venus de plusieurs régions du Royaume.

Mme El Moutawakil s'est également enquise du déroulement de cette opération avant de visiter les bus qui vont transporter les enfants aux colonies de vacances de Ras Al Maa et Bensmaim dans la région d'Ifrane.

Dans une déclaration à la presse, Mme El Moutawakil a mis en exergue les nombreuses mesures prises sur la base des recommandations du forum national des colonies de vacances tenu en 2008 pour la réussite de cette opération.

Elle a, dans ce sens, mis en relief les efforts déployés pour la rénovation, la mise à niveau et l'équipement des campings concernés par cette opération et les mesures prises pour favoriser la participation aux colonies de vacances des enfants issus des Centres de protection de l'enfance, de zones rurales ou reculées.

La ministre a également souligné l'augmentation cette année des espaces d'accueil qui passent de 37 à 43, et de la pension alimentaire de 15 à 20 dhs par enfants.

Pour assurer la sécurité des enfants bénéficiaires et le bon déroulement de cette opération, le comité de coordination a mobilisé, cette année, 10.600 encadrants qui s'ajoutent à 500 autres du ministère de la Jeunesse et des Sports, a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, le programme national des colonies de vacances, placé sous le thème "Vacances et distraction'', profitera cette année à 1.250 enfants issus de Centres de protection de l'enfance qui seront accueillis dans six colonies de vacances.

Il bénéficiera en outre aux enfants à besoins spécifiques ainsi qu'aux enfants des Marocains résidant à l'étranger (MRE), en collaboration avec la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l'étranger, en mettant à leur disposition le complexe Moulay Rachid pour la jeunesse et l'enfance à Bouznika.

Quelque 1.120 enfants des MRE devraient prendre part, cette année, au programme national des colonies de vacances, contre 1.060 l'année dernière.

Les espaces des colonies de vacances du Moyen Atlas devront accueillir en quatre phases, 17.000 bénéficiaires, contre 12.000 l'année dernière, selon la délégation régionale du ministère de la Jeunesse et des Sports de Meknès.

MAP
Le Conseil consultatif des droits de l'Homme (CCDH) organise, vendredi à Rabat, un séminaire national sur la mémoire, l'histoire et les archives, en vue notamment de croiser les approches en la matière de l'Instance Equité et Réconciliation (IER) avec celles des acteurs locaux.

Ce séminaire s'assigne également pour objectif d'appuyer le développement des projets locaux par un apport académique tout en préservant les spécificités

régionales, d'inclure la question de la préservation des lieux de mémoire et de l'écriture de l'Histoire locale dans les programmes d'enseignement, et ce dans une approche globale qui, à travers la prise en compte des différentes spécificités régionales et des dénominateurs nationaux communs, permettrait l'émergence d'un modèle marocain, indique jeudi un communiqué du CCDH.

La rencontre s'inscrit dans le cadre du suivi des recommandations de l'IER, relatives à la préservation de l'histoire, des archives et de la mémoire et en perspective de la mise en place d'un programme d'application par l'Union européenne de ces recommandations,

Les travaux de cette rencontre, qui s'articulent autour de trois plénières intitules "l'histoire et la mémoire", "l'écriture de l'histoire locale", "les archives et la documentation au niveau local", connaîtront la participation d'enseignants chercheurs et professeurs universitaires, des associations porteuses de projets dans le cadre du programme de réparation communautaire, des représentants d'institutions nationales, des départements ministériels concernés et d'universités et centres de recherches au niveau national.   MAP
La Commission européenne souhaite examiner le "paquet sécurité" adopté jeudi en Italie pour vérifier sa "compatibilité" avec le droit communautaire, a annoncé le commissaire chargé de la Justice, de la Sécurité et des Libertés Jacques Barrot.

"Des règles d'expulsion automatique pour des catégories entières ne sont pas acceptables", a averti le commissaire au cours d'une conférence de presse.

"Nous avons dit au gouvernement italien que la loi augmentant les peines pour les immigrés en situation irrégulière n'est pas applicable aux citoyens de l'UE et que l'automaticité de l'expulsion après deux années de détention n'était pas non plus applicable aux citoyens européens", a-t-il expliqué.

M. Barrot a rappelé que l'Union européenne "n'acceptait pas de mesures générales" et que les contrôles devaient être "individuels", "ciblés" et "proportionnels".

M. Barrot n'a toutefois pas souhaité porter de jugement sur les lois adoptées jeudi en Italie tant qu'il n'aurait pas pris connaissance des textes et que ses services ne les auraient pas étudiés.

La nouvelle législation adoptée par le parlement italien permet de durcir l'arsenal anti-immigration du gouvernement de droite dirigé par Silvio Berlusconi.

Elle introduit un délit d'immigration clandestine puni d'une amende de 5.000 à 10.000 euros, assortie d'une expulsion immédiate.

Elle rend également obligatoire la présentation du permis de séjour ou du passeport pour déclarer la naissance d'un enfant.

Le séjour des clandestins dans les centres de rétention pourra également être prolongé jusqu'à six mois, contre deux mois actuellement, afin de permettre leur identification en vue de leur expulsion vers leur pays d'origine.

Les "marchands de sommeil" risqueront aussi jusqu'à trois ans de prison en cas de location à des illégaux.

Le projet légalise par ailleurs les "rondes de citoyens", tout en les encadrant avec un contrôle des volontaires par les préfectures.  AFP
Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a promulgué jeudi une loi régularisant la situation de dizaines de milliers d'immigrés illégaux et a fustigé le durcissement des politiques d'immigration dans les pays riches.

Il a aussi à nouveau rejeté la responsabilité de la crise mondiale sur "les hommes aux yeux bleus", une formule lancée lors de la visite à Brasilia en mars du Premier ministre britannique Gordon Brown et qui avait provoqué une polémique. Ses conseillers avaient ensuite expliqué qu'il s'agissait d'une "métaphore".

"La faute de la crise provoquée par les hommes aux yeux bleus ne doit pas retomber sur les noirs, les indiens et les pauvres du monde", a dit Lula dans un discours à Brasilia.

Il s'en est pris aussi une nouvelle fois aux pays européens --sans les citer-- qui ont durci les conditions d'accueil et de renvoi des immigrés, les qualifiant d'"injustes".

"A nos yeux, la répression, la discrimination et l'intolérance ne s'attaquent pas à la racine du problème", a-t-il dit.

"L'immigration irrégulière est une question humanitaire qui ne peut pas être confondue avec la criminalité", a ajouté le président brésilien qui portait des vêtements traditionnels de Bolivie et du Paraguay, deux pays dont sont originaires de nombreux immigrants au Brésil.

La loi promulguée par Lula prévoit que tous les étrangers en situation irrégulière entrés au Brésil avant février dernier pourront obtenir un permis de résidence provisoire de deux ans, qui deviendra ensuite permanent.

Cela leur donnera le droit au travail, à l'éducation et à la santé publique.

Le ministère de la Justice a chiffré à quelque 60.000 personnes les étrangers en situation irrégulière mais des organismes sociaux estiment qu'ils pourraient être 200.000, venant principalement d'Amérique latine et de Chine.  AFP

Le Quai 21, à Halifax, devient le Musée national de l'immigration. Le premier ministre Stephen Harper, de passage à Halifax jeudi, a annoncé le nouveau statut de ce lieu historique national.

« Ce nouveau musée national, le deuxième seulement hors de notre capitale, sera un puissant monument incarnant le rôle vital que l'immigration a joué dans la création de notre pays », a déclaré le premier ministre Stephen Harper.

Le gouvernement fédéral injectera environ 15 millions de dollars dans cette institution, qui est un musée depuis 1999. Le Quai 21 était déjà un lieu historique national.

Ce musée national reconnaît et célèbre la contribution des immigrants à la culture, à l'histoire et au patrimoine canadien.

De 1928 à 1971, environ 1,5 million d'immigrants ont franchi les portes du Quai 21. Durant la Seconde Guerre mondiale, 50 000 épouses de militaires, leurs 22 000 enfants et plus de 100 000 réfugiés sont aussi passés par le Quai 21. Des centaines d'autres milliers de personnes à la recherche d'une nouvelle vie au Canada ont suivi la même voie après la guerre.

Le Canada compte quatre musées nationaux: le Musée des beaux-arts du Canada, le Musée canadien des civilisations, le Musée canadien de la nature et le Musée des sciences et de la technologie du Canada.

Un cinquième musée national, le Musée canadien des droits de la personne, est en construction à Winnipeg.

Source : www.radio-canada.ca

L'Université Paris-Dauphine lance un diplôme d'université (DU) Principes et Pratiques de la « Finance Islamique ». Il s'agit de l'un des cinq premiers diplômes d'université européens dédiés à cette thématique.

Cette nouvelle formation, d'une durée d'un an, sera dispensée dès la rentrée prochaine à un niveau Master 2.
Il s'adresse à des étudiants de formation initiale titulaires d'un diplôme de niveau bac+4 ou niveau admis comme équivalent mais aussi à des professionnels amenés à travailler dans ou avec ces organisations.

Le DU de niveau M2 Principes et Pratiques de la « Finance Islamique » se consacre aux métiers de la banque, de la finance et de l'assurance tels qu'ils sont mis en pratique par les organisations qui se réclament des préceptes du droit musulman. La méthode repose sur une approche comparative entre la « finance islamique » et la finance « conventionnelle ».
Ce diplôme sera bien évidemment dispensé dans le respect des règles de la laïcité tant en ce qui concerne les programmes que les intervenants ou les étudiants.

Pour en savoir plus : www.dauphine.fr

Les architectes Rachid Andaloussi et Christian Portzamparc (France) ont remporté, mardi, le concours international pour la réalisation du théâtre CasaArt, nouvel espace art et culture de la métropole économique du Royaume.

Cinq groupes de candidats étaient en compétition pour la réalisation de ce projet d'envergure qui sera édifié, au coeur de la ville de Casablanca, sur la place Mohammed V et qui sera dédié aux arts de la scène.

Le dialogue, la concertation, et la participation des artistes et de toutes les personnes concernées ont présidé à l'élaboration du cahier de charge pour cet édifice qui devra participer à la dynamisation de la ville, a indiqué à cette occasion M. Mohamed Sajid, maire de la Casablanca.

Cette réalisation fera la fierté des Casablancais et de l'ensemble des marocains, a-t-il poursuivi précisant qu'elle va doter la métropole d'un espace dédié à la création et à la créativité et qui viendra combler le vide existant dans ce domaine.

Le président de la Fondation des Arts Vivants, M. Noureddine Ayouche, dont la structure a présidé à la phase étude du projet et au concours des architectes, a indiqué que pour l'identification des besoins ont été associés les professionnels du théâtre, de la musique et de la danse ainsi que nombre de compétence du monde de l'art et de la culture.

Le choix des cabinets postulant s'est arrêté sur une liste d'architectes dont les oeuvres sont d'un grand apport à l'architecture marocaine contemporaine, a-t-il expliqué.

Parmi les candidats figuraient également les binômes Franck Ghery (USA) et Saad Benkirane (Maroc), Mecanoo (Pays-Bas) et Abderrahim Sijilmassi, Rem Khoolaas (Pays-Bas) et Kilo Architectures (Maroc), Zaha Hadid (Irak) et Omar Alaoui (Maroc) et le Cabinet Rachid Lazrak.

Le choix du lauréat n'a pas été chose facile tellement les projets étaient aussi fantastiques les uns que les autres devait reconnaître, My Hafid Alami président du jury.

Christian Portzamparc a, pour sa part, confié que le projet du Théâtre CasaArt fut le plus difficile et le plus enthousiasmant à concevoir.

Son collègue Rachid Andaloussi, qui compte à son actif la bibliothèque nationale de Rabat, s'est dit heureux de travailler pour la réalisation de ce projet à Casablanca, ville à la quelle il reste très attaché.

Le parolier et homme de théâtre Tayeb Laalej s'est dit tout fière que la ville de Casablanca soit dotée d'un grand théâtre à la mesure de ses ambitions et de la place qu'elle occupe sur les plans régional et international.

L'annonce des architectes lauréats s'est déroulée en présence de la ministre de la Culture Mme Touria Jabrane Kryatif et du wali du Grand Casablanca, M. Mohamed Halab, ainsi que de nombreuses personnalités du monde de la politique, de l'économie, des finances, de la culture et des arts.  MAP
Le Festival d'Ile de France "ElleS", consacré aux musiques au féminin, aura lieu du 4 septembre au 11 octobre prochains avec la participation du Maroc.

Ce Festival propose chaque année une trentaine de concerts dans des lieux du patrimoine francilien. Sa programmation variée présente des musiques classiques, du baroque à la création contemporaine, des musiques du monde, avec bien souvent des passerelles entre ces répertoires, et la série Factory, consacrée aux musiques jazz et électroniques.

"ElleS", marqué cette année par la présence d'oeuvres de création et d'oeuvres inédites d'une exceptionnelle qualité, invite au voyage à travers l'incroyable diversité de l'art au féminin.

Le Maroc sera représenté à cette grande manifestation musicale par les cheikhates du Moyen-Atlas Hadda Ouakki et Cherifa, les femmes de Taroudant et l'ensemble Ouled Ben Aguida.

Au menu, figure également la projection du documentaire "Le Blues des Cheikhates" d'Ali Essafi.

La participation du Maroc est initiée en partenariat avec le Festival "Timitar" avec le soutien de l'ambassade du Royaume en France, Royal Air Maroc et la Banque populaire.  MAP
Le directeur de l'Observatoire français d'études géopolitiques (OEG), M. Charles Saint-Prot, a affirmé que l'institution d'Amir Al-Mouminine, Commandeur des Croyants, "n'est pas une simple appellation symbolique, mais c'est la clé de voûte du système marocain et le socle de l'identité nationale".

Intervenant lundi à Paris lors d'un colloque sous le thème "le développement politique, social et économique du Maroc: réalisations (1999-2009) et perspectives", M. Saint-Prot a souligné que SM le Roi, Amir Al-Mouminine, situé au-dessus des autres pouvoirs constitutionnels classiques, est "le symbole et le garant du bien commun, en premier lieu l'unité nationale, tant sur le plan politique que spirituel et cultuel".

"Le Roi, Commandeur des croyants, est aussi le principal artisan des évolutions puisque le progrès est naturellement synonyme de continuité", a dit M. Santi-Prot, qui développait l'axe "le commandeur des croyants et la réforme du champ religieux: l'Islam du juste milieu".

Il a fait remarquer que le rôle de l'institution d'Imarat Al-Mouminine est fondamental dans la gestion du champ religieux et le maintien de l'unité politique, ajoutant que "la notion d'Amir Al-Mouminine combine à la fois la légitimité spirituelle et la légitimité temporelle".

Après avoir signalé que l'une des clés d'une bonne perception de la réalité marocaine est l'identité musulmane du pays, M. Saint-Prot a fait observer que "le peuple marocain est à la fois croyant, attaché à ses valeurs religieuses et civilisationnelles, et ouvert au progrès et sur le reste du monde".

Le peuple marocain n'est donc pas un peuple "amnésique, sans foi et sans racines", comme il n'est pas non plus "un peuple figé dans un conservatisme sclérosé", a-t-il ajouté, soulignant que les bases fondamentales du Maroc sont l'Islam, la Monarchie et la préservation de l'unité nationale et de l'intégrité territoriale.

Le directeur de l'OEG a, d'autre part, indiqué que "l'identité musulmane du Maroc est l'explication du consensus (Ijmaâ) sans faille réalisé autour de l'institution monarchique qui exprime bien cette heureuse combinaison entre tradition et progrès, offrant ainsi une image paisible et moderne de l'Islam".

Pour sa part, Mme Dominique de Courcelles, directrice de recherche au Centre national français de la recherche scientifique (CNRS), a souligné l'attachement des Marocains à l'essence de ce qui a toujours fait la force de l'Islam marocain, en l'occurrence l'institution d'Amir Al-Mouminine, l'unité du rite malékite, la vertu de l'Ijtihad et le rejet des intégrismes et des extrémismes.

L'Islam est "une composante de la subjectivité de millions de Marocains et est aussi une composante de la culture et du développement", a dit Mme de Courcelles dans son intervention intitulée "une nouvelle configuration du politique et du religieux".

L'intégration de l'économie marocaine au monde globalisé accompagne les réaffirmations des identités individuelles et collectives ainsi que de l'identité nationale, a-t-elle noté, ajoutant qu'"il est alors possible de parler de démocratie et de démocratisation, de développement humain et d'agir, sans que le religieux et le politique soient en lutte de domination".

"L'économique ne peut que profiter des liens réciproques et apaisés du religieux et du politique", a affirmé Mme de Courcelles pour qui la mise en oeuvre de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) constitue à cet égard "une étape importante".

De son côté, Mme Zeina El-Tibi, journaliste et présidente de l'OEG, a affirmé que dès son accession au Trône, "le jeune Roi Mohammed VI, qui veut être en adéquation avec son temps", a fait part de Sa volonté de venir à bout de la pauvreté, de la précarité, de la marginalisation sociale et de l'exclusion.

Elle a, à ce propos, rappelé que lors de Son premier discours du Trône, le 30 juillet 1999, le Souverain s'était engagé à poursuivre l'oeuvre de Son défunt père en travaillant pour le progrès et le bien-être du Maroc et avait exprimé sa volonté de poursuivre la marche de développement au profit de toutes les composantes du peuple marocain.

"Depuis, a-t-elle ajouté, Son engagement personnel, Son pragmatisme et Sa présence sur le front social ont été les plus fortes caractéristiques des premières années de Son règne".

Le Maroc déploie des efforts considérables pour la réalisation d'un développement durable en empruntant deux voies parallèles mais complémentaires que sont la mise en oeuvre de grands chantiers dédiés au développement et aux projets à moyen et long termes et l'amélioration du quotidien des citoyens les plus défavorisés par le biais de programmes locaux de lutte contre la pauvreté et la précarité, a-t-elle dit.

Le Maroc connaît depuis une dizaine d'années un développement considérable de ses infrastructures et des grands équipements publics, comme il s'est lancé dans de nouveaux chantiers, cherchant à créer des pôles économiques générateurs d'emplois, a noté Mme El-Tibi dans son intervention intitulée "le Roi Mohammed VI et la solidarité".

Abordant l'axe de "la croissance au développement économique : l'exemple des Provinces du Sud", M. Henri-Louis Védié, économiste et professeur à HEC, a souligné d'emblée que les efforts considérables déployés par le Maroc dans ces provinces ont complètement transformé cette région.

"Si la colonisation s'achève en 1955, il faudra attendre 1976 et la Marche Verte pour que commence une autre marche, celle qui conduit à la croissance et au développement économique", a-t-il dit, faisant savoir que "cette longue marche continue aujourd'hui et que depuis 1976, les efforts ont été poursuivis sans discontinuité".

Dans ce cadre, il a cité notamment le secteur des communications avec la généralisation de la radiodiffusion et de la télévision, la réalisation d'un maillage routier exemplaire, la diversification des sources d'approvisionnement pour gagner le challenge de l'eau et la construction de centrales thermiques pour subvenir aux besoins énergétiques.

M. Védié a signalé que des infrastructures de base performantes ont été réalisées dans les domaines portuaire, aéroportuaire, routier, du raccordement au réseau national de l'électricité et de l'adduction en eau potable.

Il a, par ailleurs, souligné que l'essor économique que connaissent les provinces du Sud du Royaume se fait dans les normes du développement durable.

Organisé au Sénat français, ce colloque s'est tenu sous le Haut patronage du président Nicolas Sarkozy, et à l'initiative du Centre de droit international, européen et comparé (CEDIEC), de la Faculté de droit (Université Paris Descartes) et de l'OEG.

Réunissant juristes, économistes, universitaires et chercheurs, le colloque s'est déroulé en présence notamment de l'ambassadeur du Maroc en France, M. El Mostapha Sahel.   MAP

Un séminaire sur le partenariat euro-méditerranéen et la politique européenne de voisinage s'est ouvert, lundi à Barcelone, avec la participation d'une trentaine d'experts et de responsables politiques et institutionnels de plusieurs pays des deux rives de la Méditerranée, dont le Maroc.

Le Royaume est représenté à cette rencontre de deux jours par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la coopération, M. Youssef Amrani qui a assisté à la cérémonie d'ouverture aux côtés du Directeur général des Relations extérieures de la Commission Européenne, Eneko Landaburu, de l'Ambassadeur en charge des Affaires Méditerranéennes auprès du ministère espagnol des Affaires étrangères, José Riera, du Coordinateur d'Euromesco, Roberto Aliboni et du Directeur Général de l'IEmed Senen Florensa.

La réunion, qui se tient au palais de Pedralbés, siège du secrétariat permanent de l'Union Pour la Méditerranée, est consacrée à l'évaluation des instruments de Politique extérieure de l'Union européenne (UE) pour la région Méditerranéenne avec une attention particulière au nouveau cadre régissant les relations entre les deux rives de la Méditerranée à savoir l'Union pour la Méditerranée (UPM).

Les participants auront à analyser et évaluer, durant les différentes sessions de ce séminaire, les nouvelles projections du partenariat euro-méditerranéen et de l'Union pour la Méditerranée, les politiques européennes de voisinage, ainsi que l'incidence des facteurs stratégiques, politiques et économiques sur les relations euro-méditerranéennes, l'objectif étant de dégager un cadre nouveau pour les relations euro-méditerranéennes.

Le séminaire, qui se tient sous le thème "Voisinage européen et architectures euro-méditerranéennes. Vers des évolutions convergentes ou divergentes?", est organisé par l'Institut Européen de la Méditerranée (IEmed) et le réseau Euromesco qui regroupe les principaux centres et instituts de recherche sur les affaires internationales et la sécurité en Méditerranée.  MAP

Revue de presse

Les entretiens du symposium

Google+ Google+