lundi 22 juillet 2024 21:10

Université d’Oxford : M. El Yazami expose les initiatives marocaines en matière de migration

vendredi, 07 juin 2024

« La politique migratoire dans la région méditerranéenne » a été le thème d'une rencontre organisée le jeudi 6 juin 2024 par le Centre sur la migration, la politique et la société (COMPAS) de l'Université d'Oxford. Le panel, modéré par la chercheure maroco-britannique Myriam Cherti, était composé de M. Driss El Yazami, Président du Conseil de la Communauté Marocaine à l'Etranger (CCME), Mme Katharina Natter, Professeur à l'Université néerlandaise de Leiden et M. Michael Collyer, Professeur à l'Université de Sussex.

La rencontre a essentiellement porté sur les migrations marocaines, tunisiennes et algériennes en Europe, définie également comme le Nord global.

Dans son intervention, M. Driss El Yazami a souligné le contexte historique des accords avec les pays européens depuis le milieu des années 60. La perspective historique s'est poursuivie par le rappel de toutes les étapes politiques importantes franchies par le Royaume en matière de migration. Le président du CCME a également souligné que la communauté de 6 millions de Marocains qui vivent à l'étranger est maintenant mondialisée, intégrée et de plus en plus éduquée.

Il a en outre affirmé que les politiques publiques à l'égard de la communauté marocaine ont connu un développement remarquable depuis la fin des années 1990, avec l'organisation de la première conférence internationale sur la communauté marocaine à l'étranger puis l’intégration de la dimension migratoire dans les travaux l'Instance Équité et Réconciliation (IER). Des initiatives qui ont abouti à la création du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger.

Il a ensuite indiqué que la question des migrations dépendait de la politique de l'Union européenne (UE) et a posé la question de savoir s'il existait un espace d'autonomie par rapport à l'Europe, ajoutant que « les politiques marocaines ne dépendent pas toujours de l'UE ». S'agissant des pays du Maghreb, il a déclaré : « Nous sommes en train de devenir des pays de transit. Et l'un des défis les plus importants que nous avons à relever est de savoir comment renforcer nos politiques en faveur des diasporas ».

Mme Katharina Natther, qui est intervenue sur l'expérience tunisienne, a indiqué que 10 % de la population tunisienne vit à l'étranger.

Pour sa part, M. Michael Collier, qui a présenté une analyse de la migration algérienne, a déclaré que le facteur post-colonial devait être pris en compte.

CCME

Google+ Google+