vendredi 21 juin 2024 09:57
samedi, 18 mai 2024 15:42

Présentation du roman Évocation d’un mémorial à Venise de Khalid Lyamlahy Spécial

L’écrivain, conférencier et ingénieur Khalid Lyamlahy a été reçu, vendredi 17 mai 2024, par le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) pour présenter son roman Évocation d’un mémorial à Venise. Il a répondu aux questions de Younès Ajarraï, acteur et entrepreneur culturel.

Khalid Lyamlahy fait partie de ces auteurs de formation scientifique qui ont fini par être rattrapés par leur passion première, l’écriture et la littérature. Après des études d’ingénierie et une carrière dans la gestion de projets à Paris, il commence en 2009 des études de lettres par correspondance.

Une fois le master en littérature en poche, il a tout de suite voulu enchainer avec des études doctorales. « J’ai naturellement entamé des correspondances avec les universités en France mais aucune d’entre elles ne m’a répondu, j’ai donc essayé de contacter des universités anglaises comme je me trouvais à l’époque en Angleterre et j’ai été surpris de recevoir des réponses dans les trente minutes ».

Il exprime son incompréhension de cette façon de faire « à la française » et explique de par sa propre expérience que « dans le monde anglophone, on traite les jeunes d’égal à égal : quand je suis arrivé pour enseigner à Chicago, on m’a tout de suite confié des responsabilités et j’ai été impliqué dans des décisions collégiales malgré mon jeune âge et mon expérience débutante ».

En tant que critique littéraire et spécialiste de l’écriture, Khalid Lyamlahy a publié plusieurs articles académiques dans différentes revues spécialisées. Il dit avoir voulu après cette expérience littéraire cadrée « sortir de l’entre-soi en écriture pour toucher un public plus grand » et publier des romans de fiction qui lui permettront d’exprimer des problématiques sociales.

Pour lui, « on ne choisit pas les sujets de nos livres, c’est les sujets qui nous choisissent ». En 2017, « je regardais comme tout le monde l’histoire tragique de ce jeune réfugié gambien Pateh Sabally, qui a sauté dans les eaux glacées du Grand Canal de Venise et se noyait devant le regard de tous ». Cette scène l’avait choqué, pour lui au sens propre comme au figuré, cet acte était « une noyade dans l’indifférence, le racisme et la défaite collective ».

« J'ai recueilli des indices qui me permettent de m’exprimer sur ce drame. Je me mettais dans le champ de vision de Pateh, où il y avait trois drapeaux, celui de l’Italie, de la Vénétie et de l’Union Européenne avec ses étoiles, je regardais les vidéos des personnes qui étaient autour, ceux qui s’indignaient, qui prenaient des photos ou qui essayaient de le sauver ». Ce livre s’est donc construit par découvertes successives et l’a incité à explorer « la tragédie les drames qu’a connu l’Afrique et les arrivées des Africains en Europe teintées d’humiliation, de mépris et de condescendance ».

« Voir Venise et mourir n’aura plus la même résonance après la lecture de ce roman », a conclu Younès Ajarraï.

CCME

Consulter sur le site web du CCME :

- La biographie de Khalid Lyamlahy:

- La biographie de Younes Ajarraï

Dernière modification le jeudi, 23 mai 2024 21:16
Google+ Google+