vendredi 21 juin 2024 07:56
dimanche, 19 mai 2024 20:51

Table-ronde : appréhender le rapport à la mort en immigration Spécial

Le pavillon du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) au salon du livre à Rabat a abrité, samedi 18 mai 2024, une table-ronde sur le thème « corps et morts en migration : circulations, pratiques et altérités ». Carolina Kobelinsky, anthropologue, et Radouane Frikach, fondateur des Services funéraires musulmans dans la région des Pays de la Loire en France, ont répondu aux questions de Chadia Arab, chargée de recherche au CNRS et enseignante à l’Université d’Angers.

La rencontre a abordé la question du traitement de la mort dans le contexte de l'immigration, qu'il s'agisse des immigrants qui meurent en essayant de traverser la frontière vers l'Europe, ou du traitement des corps d'immigrants résidant à l’étranger ou descendants de l'immigration, ainsi que des procédures et des rituels qui accompagnent la mort.

Concernant son choix de travailler sur un sujet de recherche d'une telle complexité, Carolina Kobylinsky a expliqué que son intérêt pour le sujet provenait de son travail sur les questions d'immigration et l'impact des politiques sur la vie des gens. Elle a décidé de se spécialiser dans ce domaine de recherche, il y a plus de dix ans, après avoir été indignée par la façon dont les médias ont traité l’information du naufrage d'un bateau de migrants près des côtes espagnoles.

Elle avait inclus son sujet de recherche, celui de la mort sur les frontières, dans le cadre de l'anthropologie de la violence dans un contexte de migration. Elle commence par simplifier certains concepts liés au corps et à la mémoire des personnes décédées en migration, avec un accent particulier sur l’impact des décès sur la frontière sur les parcours des migrants et l'importance de la société civile dans l'identification et la définition des corps.

Pour sa part, Radouane Frikach a souligné que son intérêt pour le sujet est né du désir d'aider les autres qui lui a été inculqué par sa famille. Il a choisi, avec certains de ses amis, de créer la première structure pour funérailles musulmanes bénévoles à Angers, qui avait pris la forme d'une association à but non lucratif. Au fil des actions et de l’aide qu’elle a offerte, l’organisation a pu gagner la confiance de la Communauté de la région d'Angers, de plus en plus en demande de ses services en raison de l'augmentation du nombre d'immigrés musulmans dans la ville et ses environs.

Au vu son expérience de terrain dans le domaine de l'inhumation selon les rituels musulmans, Radouane Frikach peut confirmer que la mentalité de nombreuses familles musulmanes en immigration a commencé à changer, et donc le choix de l'inhumation dans les cimetières islamiques du pays de résidence est de plus en plus prisé et le choix du rapatriement au Maroc est de moins en moins demandé.

CCME

Consulter sur le site web du CCME :

- La biographie de Chadia Arab

- La biographie de Carolina Kobelinsky

- La biographie de Radouane Frikach

Dernière modification le mercredi, 22 mai 2024 09:13
Google+ Google+