dimanche 26 mai 2024 18:52

picto infoCette revue de presse ne prétend pas à l'exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse marocaine, internationale et autres publications, qui n'engagent en rien le CCME.

Le chef de mission de l'Organisation internationale pour la migration (OIM) à Tripoli, Laurence Hart, a exhorté les pays africains à adopter des politiques de promotion de la migration du travail à travers l'accession des candidats à l'émigration à des canaux réguliers qui représentent un créneau gagnant pour toutes les parties.

S'exprimant mercredi au cours d'un entretien avec la PANA, M. Hart a cité l'exemple du Ghana qui a misé sur ce type de migration en investissant beaucoup sur la formation du personnel médical et assistants médicaux de sorte qu'il en exporte un grand nombre vers le Royaume-Uni.

Selon lui, cette politique était déjà appliquée par des pays asiatiques comme l'Inde, le Sri Lanka, le Bengladesh et le Pakistan qui ont su développer une stratégie à la migration de travail de telle façon que les Indiens sont partout dans le domaine de la technologie de l'information tout comme les Sri Lankais qui ont acquis une bonne réputation dans l'hôtellerie, le bâtiment et les travaux publics.

M. Hart a également plaidé pour une programmation concertée entre les pays d'accueil et les pays d'origine de l'émigration pour l'établissement d'un système de formation professionnelle ciblé.

Il a indiqué, à titre d'exemple, que la Libye peut renforcer le système de formation professionnelle dans certains pays africains, ce qui permettrait de doter ces pays de stratégies de formation pour préparer une main-d'?uvre qui sera envoyée dans ce pays d'Afrique du Nord.

M. Hart a souligné que cette main-d'?uvre pourrait être amenée selon un programme saisonnier ou à l'occasion de projets spécifiques temporaires, ce qui permet à l'émigré de savoir que son projet migratoire s'effectue dans un canal bien déterminé et lui confère une meilleure performance en sachant combien il peut envoyer à son pays.

Il a signalé, à ce sujet, que les pays d'accueil en sortent gagnant en bénéficiant d'un choix de la meilleure expertise qui soit adaptée à leurs besoins.

Le chef du bureau de l'OIM en Libye a rappelé que des pays riches comme l'Espagne, l'Italie et la Libye, qui étaient des pays d'émigration, sont devenus aujourd'hui pays d'accueil, car les citoyens de ces pays dédaignent faire des travaux harassants ou qui exigent beaucoup d'engagement physique.

"Si on arrive à faire concorder la demande avec l'offre, tout le monde en sortira gagnant", a affirmé M. Hart.

Source : Afrique en ligne

Qui sont les immigrés aujourd'hui en France ? En plein débat sur l'identité nationale, une étude, publiée vendredi 6 novembre par l'Insee, (Lire l'étude )rappelle que, parmi les 18-74 ans, près d'une personne sur dix est immigrée, c'est-à-dire qu'elle est née à l'étranger sans avoir la nationalité française à la naissance.

Sans surprise, ces immigrés rencontrent des difficultés plus grandes sur le marché du travail. Selon l'Insee, « 57 % des immigrés de 18 à 64 ans, arrivés en France après l'âge de 18 ans, ont un emploi, contre 69 % des non-immigrés », notamment les femmes, dont le taux d'emploi est très faible (37,8 %, contre 46 % pour les non-immigrées).

Les immigrés sont aussi deux fois plus exposés au chômage (12,7 % pour les hommes immigrés en 2008, contre 6,2 % pour les hommes non-immigrés). Moins présents sur le marché du travail, ils travaillent aussi plus souvent dans des emplois peu qualifiés, puisque « 38 % de ceux qui ont en emploi sont ouvriers ou employés non qualifiés contre 19 % pour les non-immigrés ».http://www.la-croix.com/img/la-croix/commun/pix_trans.gif

Un quart d'entre eux sont diplômés de l'enseignement supérieur

http://www.la-croix.com/img/la-croix/commun/pix_trans.gif« Ces difficultés d'accès au marché du travail sont en parties dues à un manque de qualification », commente l'Insee, qui précise que près de la moitié des immigrés n'ont soit aucun diplôme soit un diplôme de niveau enseignement primaire (contre un sur cinq pour les non-immigrés). Mais, fait moins connu, un quart d'entre eux sont diplômés de l'enseignement supérieur, une proportion similaire à celle des non-immigrés. Or, le taux de chômage de ces diplômés issus de l'immigration est trois à quatre fois supérieur à celui des Français de même niveau d'études.

La maîtrise de la langue, elle, ne semble pas une barrière significative sur le marché du travail. D'abord parce que 16 % des immigrés comptent le français parmi leurs langues maternelles, notamment les Africains et les Maghrébins. Mais même parmi ceux pour qui le français n'est pas la langue d'usage, seuls 19 % se disent gênés « pour travailler comme ils le souhaiteraient ». Une proportion qui grimpe cependant à 35 % pour les personnes originaires d'Asie.http://www.la-croix.com/img/la-croix/commun/pix_trans.gif

Du travail grâce au bouche-à-oreille

http://www.la-croix.com/img/la-croix/commun/pix_trans.gifCorollaire : c'est souvent grâce au bouche-à-oreille que les immigrés trouvent un travail. 41 % d'entre eux ont ainsi eu recours aux amis, famille ou proches, contre 32 % pour les non-immigrés. Mais 46 % estiment n'avoir eu besoin d'aucune aide, tandis que 13 % seulement sont passés par des intermédiaires de l'emploi (Pôle emploi, agences d'intérim...).

Enfin, petite surprise, seuls 8 % des immigrés « estiment qu'un emploi leur a déjà été refusé de façon injuste en raison de leur origine étrangère », la proportion montant à 15 % chez les Africains et 11 % chez les Maghrébins. Un ressenti bien faible au regard des faits constatés par d'autres observateurs : selon la Haute Autorité de lutte contre les discriminations (Halde), « le critère de l'origine représente 26 % des réclamations dans le domaine de l'emploi ».

Source : La Croix

Le ministre délégué chargé de la Communauté marocaine résidant à l'étranger, M. Mohamed Ameur, a salué vivement l'action de la ville française de Bordeaux pour le "mieux vivre ensemble".

S'exprimant lors d'une rencontre avec le maire de Bordeaux et ancien Premier ministre français, M. Alain Juppé, le ministre a mis en relief les actions entreprises par la cité girondine en faveur du "mieux vivre ensemble et de la fraternité"

Et d'ajouter que c'est grâce à cette politique et à ces actions que la communauté marocaine établie dans la ville "se sent chez-elle et bien intégrée".

Il a également fait part de l'entière satisfaction du Maroc pour les diverses actions et initiatives dynamiques menées par la ville et ses élus municipaux en direction des citoyens bordelais d'origine marocaine.

Cette rencontre a aussi été l'occasion pour les deux parties de convenir de plusieurs axes de collaboration, dont des actions communes en faveur des anciens combattants marocains résidant à Bordeaux, la promotion des échanges culturels entre les jeunes bordelais et marocains à travers des séjours dans le cadre du jumelage entre Bordeaux et Casablanca, ainsi que des actions culturelles en direction des jeunes générations.

Les entretiens se sont déroulés en présence de M. Fadlallah Mohamed Fellat, consul général du Maroc à Bordeaux, et Mme Anne Brézillon, adjoint au maire chargée de la Vie associative et de la Diversité.

M. Ameur, qui a effectué une visite de travail du 2 au 5 novembre à Bordeaux, avait tenu une réunion notamment avec les compétences nationales et les élus municipaux d'origine marocaine, acteurs de la vie politique locale.

Source : MAP

Le conseil de gouvernement, réuni jeudi à Rabat sous la présidence du Premier ministre, M. Abbas El Fassi, a adopté le projet de décret N° 2-09-607 portant application de la loi 02-03 relative à l'entrée et au séjour des étrangers au Maroc et à l'émigration et l'immigration irrégulières.

Ce projet de décret, présenté par le ministre de l'Intérieur, M. Chakib Benmoussa, organise et réglemente le séjour des étrangers sur le territoire marocain et contribue également au renforcement des mesures et dispositions de contrôle du territoire national, a indiqué le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, M. Khalid Naciri, à l'issue du Conseil de gouvernement.

Ce projet fixe les conditions juridiques et les procédures relatives aux demandes de la carte de séjour au Maroc pour les ressortissants étrangers, ainsi que son renouvellement. Le projet de décret distingue ainsi trois types de cartes de séjour : "catégorie visiteur", "catégorie affaire" et "catégorie étudiant".

Le ressortissant étranger désireux obtenir la carte de séjour doit disposer d'un visa d'entrée portant l'une de ces catégories, ou présenter une demande à ce sujet au plus tard dans un délai de 90 jours à son entrée au Maroc, pour les étrangers non soumis aux formalités d'obtention du visa.

Source : MAP

Une réunion Maroco-espagnole d'évaluation de l'opération Transit 2009 s'est tenue, jeudi soir à Marrakech, sous la coprésidence du Sous-secrétaire d'Etat espagnol à l'Intérieur, M. Justo Zembrana Peneda, et le gouverneur, directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère de l'Intérieur, M. Khalid Zerouali.

L'ordre du jour de cette réunion a porté sur l'évaluation de tous les segments de l'opération Transit 2009, à savoir la fluidité, la sécurité et la sûreté ainsi que les actions d'assistance, de proximité et de communication.

Le bilan de l'opération Transit 2009 est jugé globalement "positif" à tous les niveaux.

Dans une déclaration à la MAP, à l'issue de cette réunion, M. Zerouali a précisé que le nombre des marocains venus passer leurs vacances dans le Royaume a augmenté de 6,5 pc par rapport à l'année précédente, notant qu'une telle augmentation démontre clairement l'attachement des citoyens marocains établis à l'étranger à la mère-patrie et ce, malgré la crise économique internationale.

Pour ce qui des entrées des Marocains à la mère-patrie par voie aérienne, elles ont augmenté de 8,8 pc, autant que celles par voie maritime qui ont connu une hausse de 7,2 pc, a précisé M. Zerouali, faisant savoir que les accidents de la route ont accusé, quant à eux, une baisse de 3,2 pc.

"En termes de fluidité du trafic, nous avons amélioré les temps d'attente pour les ramener à un niveau incompressible d'amélioration de moins d'une heure d'attente, alors qu'il y a quelques années, on était à quelques jours d'attente", a expliqué M. Zerouali, notant que pour ce qui est de la sûreté et de la sécurité de la navigation maritime, aucun événement susceptible de perturber le bon déroulement de cette opération n'a été enregistré.

Et de poursuivre que cette réunion a été également l'occasion pour rendre un vibrant hommage à l'action centrale de la Fondation Mohammed V pour la Solidarité qui intervient et contribue, de manière très importante, à la réussite de cette opération.

"Nous espérons à travers cette évaluation être à la hauteur de la Haute de Sollicitude, dont SM le Roi Mohammed VI entoure cette catégorie de Marocains du monde", a-t-il dit.

Les deux parties ont convenu de tenir la prochaine réunion avant juin prochain à Séville, sachant que l'Andalousie constitue un point de passage important des membres de la communauté marocaine établie à l'étranger.

Source : MAP

Le rideau sera levé samedi sur la 15ème édition du Festival du cinéma méditerranéen de Rome "Medfilm 2009" qui, neuf jours durant, fera la part belle au 7ème art marocain et à ses hommes.

Cette grande fête du cinéma, dont le Maroc et la France sont les invités d'honneur, aura pour cadre de prestigieux sites romains chargés d'art et d'histoire, dont le théâtre Dioscuri, l'auditorium de la conciliation, le palais des expositions ou encore la villa Médicis, siège de l'académie française à Rome.

Une importante délégation marocaine fera le déplacement pour appuyer la participation marocaine à cette manifestation, point de rencontre d'illustres cinéastes du pourtour méditerranéen, programmée du 7 au 15 novembre.

En plus d'officiels, cette délégation sera composée de plusieurs cinéastes, artistes, intellectuels, responsables du secteur du cinéma, distributeurs, exploitants de salles de cinéma et journalistes.

La 15ème édition du Medfilm sera focalisée sur le courage, le voyage ou les femmes, thèmes qui constitueront les fils conducteurs entre les 132 longs et courts métrages et documentaires à l'affiche.

Onze longs métrages seront en compétition officielle pour le prix "Amour et Psyché" dont le film marocain "Amours voilées" de Aziz Salmy.

Les autres films sont "Melodrama Habibi" de Hany Tamba (Liban), "Uzak Ihtimal" de Mahmut Fazil Coskun (Turquie), "Ander" de Roberto Caston (Espagne), "Eyes wide open" de Haïm Tabakman (Israel) et "Good morning Aman" de Claudio Noce (Italie).

Il s'agit également de "Athanasia" de Panov Karkanevatos (Grèce), "Eaguas mil" d'Ivo M. Ferreira (Portugal), "Dowaha" de Raja Amari (Tunisie), "La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilienfeld (France) et "London River" du franco-algérien Rachid Bouchareb.

Onze autres longs métrages seront en lice dont six pour le prix européen "Eurimages" et cinq pour le prix "Italie dans le cinéma".

Deux courts métrages marocains sont également en compétition pour le prix international "Methexis". Il s'agit du "Le rituel" de Alaa Eddine Al Jem et "Au-delà des regards" de Moulay Ahmed Ochry.

L'inauguration de cette édition sera marquée par la projection du film "Le grand voyage" d'Ismaël Farroukhi, qui avait reçu en 2004 le prix "Lion du futur" au festival du cinéma de Venise.

Par la programmation de ce film, qui tourne autour du voyage et du courage, les organisateurs du Medfilm entendent rendre hommage aux deux pays invités d'honneur, le Maroc et la France, du fait que le réalisateur est franco-marocain et que l'histoire raconte la vie d'une famille d'immigrés marocains en France.

C'est là un symbole de dialogue, de spiritualité et de réconciliation, estiment-ils.

La séance d'ouverture sera également marquée par l'attribution du prix Koiné 2009 à l'écrivain Taher Benjelloun pour sa "contribution à la culture de la paix et au rapprochement entre les peuples de la rive nord et de la rive sud de la Méditerranée à travers ses célèbres oeuvres mais aussi par le biais de ses nombreux écrits sur des thèmes en lien avec l'immigration, la religion et le racisme".

L'édition 2009 du Medfilm programme aussi une rétrospective sur le nouveau cinéma marocain dans le cadre de laquelle 9 longs métrages, 3 documentaires et 6 courts métrages seront présentés au public romain.

En marge de cette édition, un autre évènement majeur viendra compléter ce regard sur le Maroc et sur l'art nouveau marocain: l'exposition Sema-Soma à laquelle le Maroc est fortement associé avec notamment le patronage de l'ambassade du Maroc à Rome.

Elle sera dédiée à l'oeuvre du célèbre peintre marocain Karim Bennani en collaboration avec la jeune peintre italienne Sara Bernabucci.

Par cette exposition itinérante, qui se tiendra aussi bien à Rome qu'à Rabat, les organisateurs du festival veulent s'ouvrir sur d'autres formes artistiques et rendre ainsi un hommage à l'art avant-gardiste marocain.

L'exposition jettera également un regard sur l'art marocain à travers les oeuvres des plus célèbres peintres marocains, tels Jilali Gharbaoui, Ahmed Cherkaoui, Mohammed Kacimi, Mohamed Hamri ou encore Miloud Labied.

Plusieurs ateliers et débats égayeront cette exposition qui se poursuivra jusqu'au 13 novembre.

La deuxième édition des rencontres professionnelles du cinéma euro-méditerranéen sera également organisée en marge de cette 15ème édition du Medfilm.

Elle sera consacrée à la promotion des rapports entre professionnels du secteur audiovisuel, à la recherche de nouveaux interlocuteurs et de nouveaux marchés pour les co-productions, la promotion et la distribution audiovisuelle.

Source : MAP

En 2005, Claude Lévi-Strauss prononçait un discours mettant en garde contre les dérives de politiques étatiques se fondant sur des principes d'identité nationale. "J'ai connu une époque où l'identité nationale était le seul principe concevable des relations entre les Etats. On sait quels désastres en résultèrent", disait-il. Pour Philippe Descola, professeur au Collège de France et qui a succédé à Claude Lévi-Strauss à la tête du laboratoire d'anthropologie sociale, "c'est sa double expérience, personnelle et politique d'un côté et d'ethnologue de l'autre, qui a conduit Lévi-Strauss à récuser et vivement critiquer l'accaparement, par des Etats, de l'identité nationale".

En quoi la pensée de Lévi-Strauss éclaire-t-elle l'actuel débat sur l'identité nationale ?

Philippe Descola : Lévi-Strauss a été très marqué dans sa vie personnelle par l'échec des démocraties européennes à contenir le fascisme. Alors qu'il avait été tenté par une carrière politique - il était un des espoirs de la SFIO (Section française de l'internationale ouvrière) lorsqu'il était étudiant et avait tenté de mener une campagne électorale dans les années 1930, interrompue par un accident de voiture -, il a expliqué par la suite qu'il s'était senti disqualifié pour toute entreprise politique pour n'avoir pas su comprendre le danger des idéologies totalitaires pour les démocraties européennes. Il a également été contraint à l'exil par les lois raciales de Vichy, donc il a pu mesurer, dans sa vie et dans sa personne, ce que signifiait l'adoption par des Etats de politiques d'identité nationale.

Par ailleurs, toute son expérience d'ethnologue montre que l'identité se forge par des interactions sur les frontières, sur les marges d'une collectivité. L'identité ne se constitue en aucune façon d'un catalogue de traits muséifié, comme c'est souvent le cas lorsque des Etats s'emparent de la question de l'identité nationale. Les sociétés se construisent une identité, non pas en puisant dans un fonds comme si on ouvrait des boîtes, des malles et des vieux trésors accumulés et vénérés, mais à travers un rapport constant d'interlocution et de différenciation avec ses voisins. Et c'est cette double expérience, personnelle et politique d'un côté et d'ethnologue de l'autre, qui l'a conduit à récuser et vivement critiquer l'accaparement, par des Etats, de l'identité nationale.

Le thème de la diversité culturelle lui était cher. Or ses écrits n'ont pas toujours été très bien compris, notamment Race et Culture, dans lequel il affirme le droit de chaque culture de se préserver des valeurs de l'autre...

Claude Lévi-Strauss a été un des artisans, après la guerre, de la construction d'une idéologie à l'Unesco qui rendrait impossible les horreurs de la seconde guerre mondiale et ce qui l'avait provoquée : le racisme et le mépris de l'autre. C'est dans ce cadre qu'il a rédigé deux ouvrages. Le premier, Race et Histoire, met en forme le credo de l'Unesco : il n'y a pas de race. S'il existe des différences phénotypiques, celles-ci n'ont aucune incidence sur les compétences cognitives et culturelles des différentes populations. Ce qui compte, c'est la capacité à s'ouvrir à autrui et à échanger de façon à s'enrichir de la diversité culturelle.

Le deuxième texte, Race et Culture, visait à préciser certains aspects du premier, mettant l'accent sur le fait que pour qu'il puisse y avoir échange et contraste entre sociétés voisines, il faut qu'elles conservent une certaine forme de permanence dans les valeurs et les institutions auxquelles elles sont attachées. Lévi-Strauss voulait souligner que l'échange n'implique pas l'uniformisation. Quand il est entré à l'Académie française, on lui a reproché d'intégrer une institution vieillotte. Or il répondait que les rites et les institutions sont fragiles et que par conséquent, il faut les faire vivre. Il portait, sur les institutions de son propre pays, un regard ethnographique, le "regard éloigné", celui que l'on porte sur des sociétés distantes.

L'incompréhension du texte Race et Culture ne vient-elle pas aussi d'une confusion entre identité et culture ?

C'est en Allemagne, au XIXe siècle, que le terme de culture se développe comme concept et comme outil politique. A l'époque, l'Allemagne est travaillée de toutes parts par la question de l'unité nationale. Les intellectuels germanophones s'emparent de la notion de culture pour définir ce que serait le creuset d'une nation allemande à venir. En France ou au Royaume-Uni, en revanche, le terme était très peu usité. On parlait plutôt de civilisation.

La notion de culture a migré de l'autre côté de l'Atlantique avec la première génération d'anthropologues américains - tous d'origine allemande. C'est avec sa fortune dans l'anthropologie américaine qu'elle est revenue en Europe après la guerre. Lévi-Strauss a lui-même fait usage de cette notion de culture, à la fois dans une tradition classique philosophique et dans un sens technique, celui de la tradition allemande.

En Europe, le principe de culture - qui est une façon propre à l'Occident de penser l'identité - a rencontré un succès imminent, avec l'inconvénient de faire croire que les identités sont constituées de systèmes clos. La tradition muséologique a joué un rôle dans ce sens. Croire que l'on peut mettre une culture dans un musée en réunissant des objets à l'intérieur de quelques vitrines est extrêmement réducteur.

Y a-t-il dès lors des alternatives à ce concept de culture ?

Je m'efforce de dépasser ce dualisme entre nature et culture au sein duquel nous sommes plongés. Pour y échapper, il faut imaginer une façon pour les collectifs à la fois humains et non humains de construire ensemble des destinées, des projets. Lévi-Strauss insistait beaucoup sur le fait que c'est dans le rapport aux animaux et aux plantes que se construit l'humanité. C'est dans ces systèmes d'interaction qu'on peut concevoir une façon nouvelle d'appréhender la vie sociale. Ce chantier a été rendu possible grâce à la pensée et l'œuvre de Claude Lévi-Strauss et on peut espérer qu'il aura des conséquences politiques.

Source : Le Monde

La liste "Ligue du Sud", conduite par le maire d'Orange Jacques Bompard (MPF) pour les régionales en Paca, a annoncé mercredi le dépôt d'un recours pour faire annuler le permis de construire de la future grande mosquée de Marseille, qui doit être remis vendredi.

"La Ligue du Sud conteste la validité de ce permis de construire et, à ce titre, elle va saisir la justice pour prouver son illégalité", indique-t-elle dans un communiqué, estimant que Marseille "n'est pas, n'a jamais été et ne doit pas devenir musulmane".

Le parti d'extrême-droite MNR, qui a lui aussi déposé un recours contre le bail emphytéotique de 50 ans accordé à l'association "La mosquée de Marseille", a été débouté en décembre 2007, mais il a fait appel de ce jugement.

Le maire UMP de la ville Jean-Claude Gaudin va remettre vendredi le permis aux responsables de la grande mosquée. Celle-ci doit voir le jour d'ici 2011 dans le 15e arrondissement de Marseille, pour un budget de 22 millions d'euros au total.

En avril 2007, saisi par des représentants du Front national, du MNR et du MPF, le tribunal administratif avait annulé une première délibération du conseil municipal qui donnait le coup d'envoi au projet.

"Si, comme on peut l'espérer, cette juridiction casse ce nouveau bail, alors tout sera à refaire pour l'association de la grande mosquée", prévient la Ligue du Sud. "Dans ce contexte", poursuit le mouvement, "commencer des travaux serait de sa part prendre un risque financier important, étant souligné que l'autorisation de construire n'est définitive qu'en l'absence de recours".

Source : AFP

Google+ Google+