picto infoCette revue de presse ne prétend pas à l'exhaustivité et ne reflète que des commentaires ou analyses parus dans la presse marocaine, internationale et autres publications, qui n'engagent en rien le CCME.

Dix peintres singuliers d'Essaouira exposent jusqu'au 6 novembre prochain leurs œuvres à Hérouville Saint-Clair (Nord-Ouest de la France) dans le cadre de la biennale du Festival "Les Afrikales" qui célèbre les cultures africaines et la solidarité internationale en Basse-Normandie.

Initiée en collaboration avec la galerie africaine "Les naufragés du temps" de Saint-Malo, cette exposition a le mérite de montrer notamment l'influence du monde des gnaouas dans l'effervescente et singulière peinture de la Cité des Alizés.

Cette grande manifestation de quinze jours intervient également en hommage au nouveau jumelage entre Hérouville Saint-Clair et la ville marocaine d'Ahfir.

Les dix artistes invités ont été sélectionnés de par "l'importance de leurs racines africaines, de leur goût pour les couleurs vives et de la force de leurs motifs tribaux, et aussi de la magie africaine que dégagent leurs tableaux", a confié à la MAP M. Daniel Derrien, propriétaire de la galerie "Les naufragés du temps".

Cette exposition d'une trentaine d'Âœuvres permet aux Hérouvillais de découvrir la richesse des peintures d'Essaouira par le biais d'artistes déjà bien connus, tel Mohamed Tabal, et d'admirer les Âœuvres de Regragui Bouslaï, des frères Youssef et Hamou Aït Tazarin, Aziz Nana, Abdellah El-Baz, Abderrahim Trifis, Mustapha Asmah et Abdelaziz Azzoubir.

La manifestation comporte aussi la présentation de livres de l'historien d'art danois Frédéric Damgaard qui a créé, il y a plus de 20 ans, la première galerie d'art d'Essaouira et a été l'initiateur de l'école des artistes singuliers de la ville.

Dans ses ouvrages, l'auteur d'"Essaouira, histoire et créations" (Ed. La Porte) analyse notamment les raisons de ce surgissement étonnant de tant d'artistes autodidactes dans la Cité des Alizés.

Source : MAP

Le nombre d'immigrants clandestins interceptés aux portes de l'Union européenne (UE) a nettement diminué depuis le début de l'année en raison de la crise économique. C'est ce qu'a indiqué mercredi un responsable de Frontex, l'agence européenne de contrôle des frontières.

Au total, 51.600 émigrants illégaux ont été interceptés aux frontières terrestres et maritimes de l'UE durant les six premiers mois de l'année, soit 17 pc de moins qu'en 2008 pendant la même période, a déclaré le directeur-adjoint de Frontex, Gil Arias Fernandez. Il a attribué cette diminution à la crise économique qui réduit aux yeux des candidats à l'immigration les perspectives de trouver un emploi en Europe et leur propre capacité à financer leur voyage. (NLE).
Source :
Rtbf.be

Le Conseil d'Etat a annulé, lundi 26 octobre, la circulaire du 7 janvier 2008, précisant les conditions de régularisation par le travail prise en application de l'article 40 de la loi Hortefeux de novembre 2007. Le Conseil d'Etat avait été saisi d'un recours du Groupe d'information et de soutien des immigrés (Gisti).

Cette circulaire prévoyait que, pour prétendre à une régularisation, l'étranger dispose d'une qualification ou d'une expérience dans l'une des 30 professions ouvertes aux ressortissants des pays non-membres de l'Union européenne. Ce qu'initialement la loi Hortefeux ne prévoyait pas.

Le Conseil d'Etat a considéré que le gouvernement ne pouvait "sans méconnaître la loi, restreindre les conditions" de régularisation.

Plus de 4 000 travailleurs sans-papiers grévistes occupent actuellement une quarantaine de sites (agences d'intérim, restaurants, chantiers, entreprises) pour demander leur régularisation. Ce mouvement est soutenu par la CGT, la CFDT, Solidaires, la FSU et l'UNSA.

Source : Le Monde

Le Journal officiel a publié, mercredi 28 octobre, un décret portant sur la création d'un fichier de "données à caractère personnel" concernant les étrangers bénéficiaires d'un dispositif d'aide au retour. Selon ce décret émanant du ministère de l'immigration, est autorisée la création d'"un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé 'outil de statistique et de contrôle de l'aide au retour' relevant de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII)".

La création d'un tel fichier vise à "liquider l'aide au retour" en permettant de déceler une nouvelle demande qui pourrait être présentée par une personne ayant déjà bénéficié de cette aide. Elle devrait aussi permettre "le suivi" (administratif, budgétaire et comptable) des procédures d'aide au retour ainsi que l'établissement de "statistiques relatives à ces procédures et à leur excécution".

Outre les données habituelles (nom, prénoms, etc...) à caractère personnel, le fichier mentionne "les images numérisées des empreintes des dix doigts du bénéficiaire et de ses enfants mineurs âgés d'au moins douze ans". Il est précisé que les données sont effacées "sans délai" lorsque l'OFII refuse l'aide sollicitée ou lorsque l'intéressé renonce au bénéfice de l'aide. Il en est de même à l'issue d'un délai de cinq ans à compter de la date de décision de l'OFII.

Source : Le Monde

Qu'est-ce qu'être Français ? Telle est la question qui sera au centre du débat que lancera le ministre français de l'Immigration, le 2 novembre. Pour l'anthropologue Régis Meyran toutefois, la notion d'identité nationale n'est qu'un mythe. Interview.

Le ministre français de l'Immigration, Éric Besson, l'a annoncé lundi : le débat sur l'identité nationale sera lancé le 2 novembre, pour s'achever le 28 février. Parmi les questions qui y seront soulevées : "Qu'est-ce qu'être Français ?" et "Comment mieux faire partager les valeurs de l'identité nationale auprès des ressortissants étrangers ?" Dans les "100 préfectures de département et [les] 350 sous-préfectures d'arrondissement" du pays, des réunions seront organisées avec "l'ensemble des forces vives de la nation", indique le ministère sur son site Internet.

Pour Éric Besson, ce débat vise à "réaffirmer les valeurs de l'identité nationale". L'opposition dénonce, elle, un coup électoraliste. Afin d'y voir plus clair, FRANCE 24 a interviewé Régis Meyran, chercheur associé au Laboratoire d'anthropologie et d'histoire de l'institution de la culture. Il est aussi l'auteur d'un ouvrage intitulé "Le mythe de l'identité nationale"*.

FRANCE 24 : Peut-on définir une identité nationale, l'identité française par exemple ?

Régis Meyran : L'identité nationale n'existe pas. Il faut plutôt parler "des" identités à l'intérieur de la nation. En outre, les identités ne sont pas fixes, elles évoluent constamment. L'identité nationale, unique et immuable, est une illusion. La France a depuis toujours été alimentée par les migrations - Gaulois, Romains, barbares, Italiens, Polonais, etc. L'identité nationale est un discours construit, un mythe.

Quelles en sont les origines ?

Un mythe est un récit fondateur qui se transmet de génération en génération. En France, l'idée qu'il existe un "pur Français" présentant des traits caractéristiques et une mentalité propre depuis la nuit des temps a commencé à circuler à la fin du XIXe siècle. Elle est liée à l'idéologie de la IIIe République, à celle d'une suprématie du peuple français de laquelle découlerait sa mission civilisatrice dans les colonies de l'Hexagone. À l'époque, on cherchait des caractéristiques physiques et des traits psychologiques communs aux Français. Par exemple, on mesurait les crânes de la population, afin de  montrer qu'il y avait une homogénéité du crâne français.

Pourquoi le concept d'identité nationale resurgit-il aujourd'hui ?

Il réapparaît souvent en période de crise économique, et est toujours lié à la question de l'immigration. L'idée qu'il existe un "vrai Français" est forcément dirigée contre l'Autre, elle est opposée à la figure menaçante de l'étranger. La recherche d'un socle commun dans lequel tout le monde peut se reconnaître est un exercice périlleux car on peut facilement tomber dans l'idéologie. Souvent, la réactivation de ce concept a été suivie de flambées de violence et de racisme.

Est-ce un concept davantage utilisé par certains partis ?

Il dépasse le cadre des partis. Dans les années 1930 par exemple, même les gens de gauche, anti-racistes et anti-fascistes, se sont engouffrés dans le mythe de l'identité nationale et s'intéressaient à la pureté de la race française. Ce mythe a atteint son apogée avec le régime de Vichy. Après les horreurs de la guerre, il est devenu moins visible, plus diffus, avant de réapparaître au sein des partis d'extrême droite, dans les années 1980. Aujourd'hui, avec la réactivation de ce concept par le gouvernement, on assiste à un changement notable. Il en fait un usage politique, car ce concept parle aux électeurs.

Source : FRANCE 24

Soixante cinq pour cent des immigrants clandestins interceptés en 2009 en Espagne provenaient de l'Algérie et la majeure partie l'ont été au niveau des côtes du Levante espagnol, a affirmé mercredi à Madrid, l'Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des Etats membres de l'Union européenne (Frontex).

"Les arrivées illégales aux frontières espagnoles terrestres et maritimes se sont réduites plus que de moitié en 2009, avec 700 entrées clandestines avortées l'année en cours contre 17.000 entrées en 2008 ", selon le directeur exécutif adjoint de Frontex, Gil Arias.

"Cette diminution drastique, qui a été plus accusée que prévue, s'est particulièrement ressentie au niveau des frontières maritimes espagnoles, où un total de 5.000 tentatives d'entrée illégale ont été mises en échec entre janvier et septembre dernier, contre les 11.000 de l'année dernière ", a indiqué le directeur exécutif adjoint de Frontex lors d'une conférence de presse.

Selon Arias, les immigrants clandestins par voie de mer en provenance du Maroc ont été détrônés par ceux en provenance d'Algérie. En 2009, quelque 65 pc des personnes interceptées sur les côtes espagnoles avaient pris le départ depuis l'Algérie et la majorité d'entre eux à destination des côtes du Levante.

Il a indiqué, dans ce contexte, que l'Andalousie et le Levante se sont convertis en principale porte d'entrée des immigrants illégaux en Espagne par voie maritime.

Concernant l'arrivée d'immigrants clandestins aux îles Canaries, Frontex a constaté une diminution de 71 pc avec 2.300 illégaux interceptés en 2009 contre 7.600 une année auparavant.

Cette baisse significative s'explique, selon Frontex, notamment par les efforts déployés par Frontex et la garde civile espagnole, ainsi que par la coopération de l'Espagne avec les pays d'origine comme la Mauritanie et le Sénégal.

Dans le classement des pays destination de l'immigration clandestine, l'Espagne continue d'occuper la troisième position, avec 9 pc du total des entrées d'immigrants illégaux en Union Européenne. La première place revient à la Grèce avec 70 pc, suivie de l'Italie avec 13pc, selon des chiffres dévoilés par Frontex qui relève que les trois pays concentrent 91 pc des entrées illégales aux frontières de l'UE.

En termes généraux, aussi bien les arrivées d'immigrants clandestins aux frontières de l'UE que les non admissions dans les postes frontières ont baissé de 20 pc en 2009 dans tout le territoire communautaire européen. Seules les demandes d'asile continuent d'augmenter.

Selon Frontex, la crise économique a beaucoup influé sur cette réduction du nombre d'arrivées d'immigrants clandestins aux frontières de l'UE, tout en avertissant d'une reprise de cette immigration clandestine une fois la situation économique améliorée.

Source : Casafree

Ce mois-ci a vu la parution d'un rapport intitulé « Contextualiser l'Islam en Grande-Bretagne» qui a été rédigé par un groupe, hétérogène sur le plan théologique, d'importants musulmans britanniques. Les spécialistes et les praticiens ayant participé à la rédaction du rapport publié par l'Université de Cambridge, ont cherché à répondre à une question qui paraît simple: Que signifie vivre tel un fidèle musulman en Grande-Bretagne aujourd'hui ? L'un des problèmes que les groupes musulmans rencontrent lorsqu'ils évoquent leurs préoccupations devant un auditoire essentiellement laïque est que ce qu'ils disent n'est pas nécessairement ce que les autres entendent. Les termes islamiques tels que shariah, jihad et khilafa ont une signification souvent bien différente pour les Occidentaux laïques.

En conséquence, le rapport fait valoir que plutôt que de s'entêter à utiliser des termes coraniques, il devrait être fait usage de l'anglais, lorsqu'il s'agit d'engager une conversation publique sur l'Islam. Utiliser une « langue morale commune », est-il indiqué dans le rapport, évitera de donner l'« impression » que les valeurs laïques et islamiques sont en contradiction les unes avec les autres. Bien qu'il s'agisse d'un point important, il ne doit pas signifier que les musulmans modérés abandonnent la terminologie islamique au profit des extrémistes (des deux camps) qui continueront à faire (mauvais) usage des termes. Le rapport aborde des termes désormais controversés comme khilafa, compris par beaucoup comme étant un « système de gouvernement islamique ». Le rapport précise que le mot n'a jamais signifié l'établissement d'un état islamique et que le sens premier issu de la théologie musulmane classique a besoin d'être réaffirmé: une éthique basée sur la responsabilité morale de l'individu.

Mais la façon de reconquérir pro-activement l'usage de termes coraniques dans l'imagination publique tout en employant l'anglais n'est pas claire. Les auteurs du rapport tentent aussi d'expliquer comment l'Islam peut être fidèlement compris comme compatible avec un état laïque. Ils explorent la « compréhension problématique de la souveraineté divine » et suggèrent que la séparation de l'autorité temporelle et spirituelle pourrait se rapprocher de l'idéal islamique. Des partisans d'un Islam politique du XXe siècle ont soutenu que la souveraineté de Dieu se manifeste à travers l'incorporation d'une structure politique où un individu ou un groupe d'individus revendique l'autorité divine pour agir au nom de Dieu, une notion totalement incompatible avec la démocratie laïque.

Cependant, le rapport se réfère aux éminentes figures de l'histoire de l'Islam, tels que l'imam Malik Ibn Anas et l'imam Ahmed ibn Hanbal du VIIIe siècle, tous deux fondateurs d'écoles de pensée influentes dans la jurisprudence islamique, et selon lesquels l'Etat ne devrait pas revendiquer d'autorité divine mais devrait être tenu pour responsable des valeurs universelles. Outre le fait d'avancer que les musulmans britanniques soutiennent un pluralisme laïque multiculturel dans la mesure où il leur apporte la liberté de pratiquer leur religion, le rapport aborde des questions délicates, telles que l'apostasie et l'homosexualité en faisant montre d'une grande ouverture d'esprit. Les auteurs déclarent que bien qu'ils pensent que l'Islam désapprouve de tels actes, ils insistent sur le fait que les personnes concernées doivent être considérées comme des citoyens à part entière et traitées avec dignité. Le rapport prétend aussi que la radicalisation musulmane a besoin d'être mieux comprise. Il avance que le violent extrémisme de la base est un phénomène social et politique plutôt qu'intrinsèquement religieux.

Le rapport sera considéré comme constituant un pas important vers l'expression tolérante de l'Islam qui, historiquement, est toujours apparu lors de profonds engagements politiques positifs entre musulmans et non-musulmans comme dans le Bagdad des Abbassides et l'Espagne des Maures. A travers ce rapport, il semble que les experts religieux préfèrent faire une remise à niveau théologique, à mesure que des situations nouvelles et évolutives apparaissent, plutôt que de contrecarrer le changement. Mais, cela dit, si la commission rend compte de l'évolution du courant dominant de la pensée des musulmans britanniques d'aujourd'hui, alors c'est plus progressiste que bien des musulmans et non-musulmans ne l'auraient imaginé. Les opinions qui sont exprimées dans le rapport sont aussi celles que la société civile non-musulmane et les médias devraient noter et accueillir favorablement. Les conservateurs religieux endurcis peuvent bien crier à la capitulation et citer en guise de preuve le fait que le gouvernement ait financé la recherche. Il n'en demeure pas moins que les auteurs sont issus de milieux théologiques divers et respectés. Le succès de ce rapport se mesurera, à plus long terme, à la lumière de l'effet goutte à goutte qu'il aura produit pour influencer les idées des plus jeunes activistes musulmans et réduire les malentendus avec le reste de la société.

Source : Le Matin

Le tribunal administratif de Marseille a donné hier, gain de cause à cinq anciens combattants marocains qui l'avaient saisi en urgence en réclamant "la décristallisation" de leur pension militaire.

Selon le quotidien régional français La Provence rapportée mercredi par la Map, cette décision donne droit à ces anciens soldats marocains ayant combattu pour la France à une "pension alignée sur celle de leurs frères d'armes français" jusqu'à ce que l'affaire soit ultérieurement jugée au fond.

Le juge aurait reconnu "l'urgence" de la requête en se fondant notamment sur leur situation économique précaire ainsi que sur leur âge avancé.

Rappelons qu'en 2008, le tribunal administratif de Bordeaux avait examiné les premiers dossiers et accordé par la suite, à six Marocains, l'alignement de leur pension de retraite militaire sur celle des Français.

Les pensions des combattants "indigènes" avaient été gelées en 1958 dans le contexte de la décolonisation. Ainsi, les combattants ont depuis lors, touché de 8 à 10 fois moins de pension que leurs "frères d'armes français", précise la source.

Le film "Indigènes" avait posé cette problématique et l'ancien président français,  Jacques Chirac, s'était alors engagé à résoudre cette inégalité dans le cadre de la Loi de finances 2007.

Source : Aufait

SG au JT de 2m: spécial programmation de la journée internationale des migrants

Les entretiens du symposium

Actualités

Google+ Google+