samedi 31 octobre 2020 05:35
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 213

Avec le décès de Nelson Mandela, c'est l'un des grands hommes du 20ème siècle qui vient de disparaitre.

30 ans, c'est à la fois si loin et si proche ! Loin pour les nouvelles générations qui n'étaient pas nées en 1983 et n'en ont – au mieux – entendu parler que par la presse. Et si proche dans les mémoires de tous ceux qui, d'une façon ou d'une autre, ont vécu cette fameuse Marche pour l'Egalité, devenue de par la grâce des médias la Marche des Beurs. Il faut remercier Jamel Debbouze qui, en mettant son talent et sa notoriété au service du film de Nabil Ben Yadir, "La Marche", qui vient de sortir, donne en quelque sorte une seconde vie – une seconde visibilité – à cette épopée.

Chaque jour ramène son lot d'images insoutenables des ravages de cette catastrophe qui s'est abattue sur le monde arabe appelée au départ dans l'enthousiasme ''le printemps arabe''. Des milliers de morts, des populations déplacées fuyant la guerre et les exactions, comme en Syrie, et au mieux des économies dévastées, des troubles et des cas d'instabilités politiques faisant craindre des risques de guerres civiles voire tribales avec des conséquences pour des économies fragiles: fuite des capitaux et des investissements (Egypte, Libye, Tunisie..).

Un appel à une marche des Républicains à Paris le 8 décembre est lancé depuis quelques jours sur Facebook, avec 100 000 invitations, pour raviver l'esprit républicain, qui commence par le constat suivant : « la République, notre maison commune, se doit d'être défendue. Trop longtemps nous sommes restés muets face aux attaques et aux remises en cause de notre devise "Liberté, Égalité, Fratern

Lors de la rencontre de la commission nationale du dialogue social avec la société civile des Marocains résidant à l'étranger (MRE) du 16 novembre à Lyon, l'opportunité de tenir les assises de l'immigration marocaine au Maroc a refait surface, puisque reprise par My Ismael Alaoui, président de la commission nationale, comme étant la recommandation principale et pertinente de la journée de consultation.

La France a connu dimanche dernier deux élections avec deux significations majeures et opposées. Bien que Marseille est à seulement une heure de route de Brignoles.

A Marseille, pour les primaires socialistes, la sénatrice Samia Ghali a disqualifié Marie-Arlette Carlotti, un ministre en exercice, et a distancé le député Patrick Mennucci de plus de 1000 voix. Ce dernier est donc également qualifié pour le deuxième tour face à Samia Ghali, une femme capable de bousculer bien des certitudes.

Le 15 octobre 1983 une quinzaine de jeunes maghrébins, issus de l'immigration partent de Marseille pour sillonner la France, dans une marche contre le racisme et pour l'égalité des droits. Au fur et à mesure que les marcheurs avançaient, les comités de soutien et d'accueil dans les villes se multipliaient et les cortèges s'élargissaient. La France ouvrait ses bras pour accueillir ses nouveaux enfants dans un élan de solidarité et de fraternité. C'était l'expression forte de la deuxième génération de l'immigration post coloniale, pour dire simplement: "nous faisons partie de cette société nous refusons la violence et le racisme".

Deux mois plus tard, et après avoir parcouru un millier de kilomètres, la marche des ''beurs'' a été accueillie par plus de 100 000 personnes à Paris: ils ont réussi à créer un véritable fait de société en signant l'acte fondateur d'un mouvement social et politique des jeunes issus de l'immigration.

En France, au moment où l'affaire Leonarda bat son plein avec d'un côté les tenants d'une politique de fermeté à l'égard de l'immigration et de l'autre, ceux qui manifestent leur réprobation d'expulser une collégienne de 15 ans,voilà que l'éminent philosophe Alain Finkielkraut, invité sur tous les plateaux, revient à la charge avec la promotion de son nouveau livre "L'identité malheureuse'' qui n'est en fait qu'un exutoire des idées alarmistes et usées, dites et répétées depuis une dizaine d'années.

Revue de presse

Actualités

Google+ Google+