lundi 1 mai 2017 01:25

Institution consultative et de prospective installée auprès de Sa Majesté le Roi du Maroc, le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) s'est impliqué sans hésiter aux côtés des équipes du Festival Sixième continent pour préparer cette édition. Il l'a fait aux côtés du Ministère délégué auprès du Premier Ministre chargé de la communauté marocaine résidant à l'étranger pour deux raisons essentielles.

 Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohamed VI, le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger, en collaboration avec le Ministère chargé des marocains résidant à l'étranger et le Ministère de la culture, participe à l'organisation de la 11ème édition du Festival 6ème continent qui aura lieu à Lyon en France du 26 mai au 6 juin 2009.

 

Vieillir dans l'immigration

Quel statut et quelle prise en charge des Marocains vieillissants ?

 

Casablanca, Hôtel Farah Golden Tulip, 30 - 31 mai 2009

 

 

 

Samedi 30 mai 2009

 

8h30 : Accueil des participants

 

 

9h00 - 10h00 : Séance d'ouverture

  • M. Jamal Rhmani, Ministre de l'Emploi et de la Formation Professionnelle
  • Introduction aux travaux : Mme Amina Ennceiri, Présidente du groupe de travail Approche genre et nouvelles générations, CCME

 

 

10h00 - 10h15 : Pause café

 

 

10h15 - 13h00

 

Première séance plénière

Retraité(e)s marocain(e)s en Europe : contexte juridique, institutions et réalités sociales

 

Président : M. Bachir Hamdouch, Professeur à l'Université Mohammed V, consultant à la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l'étranger

 

  • La sécurité sociale des retraités marocains en Europe au regard des législations nationales et des conventions internationales, M. Mohamed Benhssaine, Professeur de droit à l'Université Abdelmalek Essâadi de Tétouan, Maroc
  • Les immigrés marocains âgés en France, approche sociodémographique, M. Alain Rozenkier, Direction des recherches sur le vieillissement, Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV), France
  • Le statut juridique des retraités marocains face à la question de la discrimination indirecte, M. Zouhair Aboudahab, Docteur en droit, avocat au barreau de Grenoble, France
  • Les retraités marocains en Belgique, Mme Nathalie Perrin, politologue au Centre d'études de l'ethnicité et des migrations, Liège, Belgique
  • Les droits des citoyens marocains dans le système de sécurité sociale espagnole
    • Introduction et approche générale, M. Fernando López Huerta, Secrétaire Général de l'Institut National de la Sécurité Sociale (INSS), Espagne
    • Le cadre réglementaire de protection sociale : présentation détaillée des principales prestations, M. Antonio Vicente Combres, Conseiller au Secrétariat Général de l'Institut National de la Sécurité Sociale(INSS), Espagne

     

    • La situation aux Pays-Bas : M. Abdellatif Maaroufi, chercheur, consultant, Centre CABO, Pays-Bas
    • Le contexte socio-économique des retraités marocains en Allemagne, M. Rahim Hajji, sociologue au Sachverständigenrat deutscher Stiftungen für Integration und Migration (SVR) Gmbh, Allemagne
    • Le système de sécurité sociale en Grande-Bretagne, Mme Alice Tligui, consultante, Grande-Bretagne

     

     

     

    13h00 - 14h 30 : Pause déjeuner

     

     

    14h30 - 17h00

    Table ronde 1 : Les retraités, entre institutions et mobilités

     

    Président : M. Jamal Lahoussaine, Président de l'association Migration et développement

     

    • Vieillir au risque de l'immigration : le cas des Marocains résidents en France, M. Omar Samaoli, Docteur en anthropologie, Enseignant-chercheur, Observatoire Gérontologique des Migrations en France, France
    • Le rite funéraire d'intégration, entre retour post mortem et enracinement, M. Yacine Chaib, sociologue, Directeur régional de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (ACSE) Picardie, France
    • La situation des retraités marocains en établissement pour personnes âgées, Mme Nadège Bartkowiak, Directrice d'établissement hébergeant des personnes âgées dépendantes (EHPAD), France
    • Pratiques d'entraide et recours aux institutions : quel soutien pour les migrants âgés? Mme Sylvie Carbonnelle, socio-anthropologue, groupe de recherches "Ages, Temps de vie, Vieillissements" et Centre de Diffusion de la Culture Sanitaire asbl, Institut de Sociologie - Université Libre de Bruxelles, Belgique
    • Anciens combattants marocains, oubliés de l'histoire ou traitements indigènes et discriminations directes", M. Ali El Baz, Coordinateur de l'Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), France

     

     

     

    17h00 - 17h15 : Pause café

     

     

     

    17h15 - 18h30

    Table ronde 2 : Femmes retraitées : quelles spécificités ?

     

    Présidente : Mme Souad Talsi, membre du groupe de travail Approche genre et nouvelles générations, CCME

     

    • Le vieillissement des immigrées marocaines : quelles perspectives ?, Mme Fatima Mesdali, socio-anthropologue, responsable de l'unité « Femmes, jeunesse et migration » à l'Institut Universitaire de Recherche Scientifique (IURS), Maroc
    • La vieillesse des femmes marocaines et l'accès aux droits, M. Abdellatif Maaroufi, chercheur, consultant, Centre CABO, Pays-Bas
    • Femmes marocaines en France à l'âge de la retraite : état des lieux et perspectives de recherches, Mme Fatima Aït Ben Lmadani, sociologue, chargée de mission au CCME

     

     

     

     

    Dimanche 31 mai 2009

     

     

    9h00 - 10h30 :

    Table ronde 3 : Le contexte juridique et social des retraites au Maroc

     

    Présidente : Mme Mina Rhouch, rapporteur du groupe de travail Approche genre et nouvelles générations, CCME

     

    • L'enquête Nationale sur les personnes âgées, M. Said Azemmam, démographe Centre d'études et de recherches démographiques (CERED), Haut Commissariat au Plan (HCP), Maroc
    • Vision prospective du régime des retraités au Maroc, M. Lotfi Boujendar, Chef de la Division des régimes de retraite à la Direction des assurances et de la prévoyance sociale, Ministère de l'Economie et des Finances, Maroc
    • Les retraités entre prise en charge sociale et résilience, M. Abdelkrim Belhaj, Universitaire, Université Mohammed V - Agdal, Rabat, Maroc
    • Les retraités marocains : anciens et nouveaux profils. Quelles structures pour une retraite sereine ?, Mme Soumaya Nâamane Guessous, Sociologue, professeur à l'Université Hassan II, Casablanca, Maroc
    • Les institutions marocaines face aux émigrés retraités, M. Mohamed Afifi, Directeur de la stratégie à la Caisse Nationale de la Sécurité Sociale (CNSS), Maroc

     

     

     

    10h30 - 11h00 : Pause café

     

     

     

    11h00 - 13h00

    Travaux en deux ateliers parallèles : Solidarité et expériences innovantes : l'action des associations

     

     

    Atelier 1

    • Présidente : Mme Najat Azmy, Membre du groupe de travail Cultures, éducations et identités, CCME
    • Rapporteurs : M. Abderrahim Errabaï, Président de l'Association des retraités marocains en France, France ; Mme Véronique Manry, chargée de mission au CCME

     

     

     

    Atelier 2

    • Président : M. Abdellah Samate, Président de l'Association des mineurs marocains du Nord - Pas-de-Calais, France
    • Rapporteurs : Mme Nathalie Perrin, politologue au Centre d'études de l'ethnicité et des migrations, Liège, Belgique ; Mme Ahlame Rahmi, chargée de mission au CCME
    • Avec la participation de :
      • Mme Zineb Doulfikar, Directrice, Association Les Chibanis, France
      • M. Moncef Labidi, Directeur, Café social Ayyem Zamen, France
      • M. Jamal Lahoussaine, Président, Association Migration et développement, France-Maroc
      • M. Abdelouahab El Amri, Président, Association Solid, Pays-Bas
      • M. Mohamed Amri, Association des Anciens Travailleurs de Renault-Billancourt de l'Ile Seguin (ATRIS), France
      • M. Abdelkader Amali, Président, Association des Marocains âgés de Tilburg, Pays-Bas
      • M. Akka Ghazi, Président, Association des Marocains retraités de l'étranger, Maroc
      • M. Mohamed Sayem, Consultant, Fondation de soutien aux émigrés qui retournent dans leur pays d'origine (SSR Berkane), Maroc
      • Mme Rachida El Idrissi, Responsable projet « Seniors sans frontières » à Saint-Gilles, Belgique
      • M. Kjartan Sveinsson, chercheur-analyste, Runnymede Trust, Grande-Bretagne
      • M. Abderrahim Errabaï, Président de l'Association des retraités marocains en France, France
      • M. Boualam Azahoum, Travailleur social, Président, Association El Ghorba, France

     

     

     

     

    13h00 - 14h30 : Pause déjeuner

     

     

    14h30 - 16h00

    Table ronde finale : Défis, problématiques et pistes d'action

     

    • Président : M. Abdelouahed Khouja, Secrétaire Général du Ministère de l'Emploi et de la Formation Professionnelle
    • Discutant : M. Mohamed Malki, Chef de projet, Association Accordages, France
    • Avec la participation de :
      • M. Abderrahim Errabaï, rapporteur de l'Atelier 1
      • Mme Nathalie Perrin, rapporteur de l'atelier 2
      • M. Abdellatif Chaouite, sociologue, rédacteur en chef de la revue Ecarts d'identité
      • M. Omar Samoali, Docteur en anthropologie, Enseignant-chercheur, Observatoire Gérontologique des Migrations en France, France

     

     

    16h00 - 16h15 : Pause café

     

     

    16h15 : Séance de clôture

    • Mme Nouzha Skalli, Ministre du développement social, de la famille et de la solidarité
    • M. Mohammed Ameur, Ministre délégué auprès du Premier Ministre, chargé de la communauté marocaine résidant à l'étranger
    • M. Driss El Yazami, Président du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger

     

     

    Télécharger le programme - Version bilingue française et arabe

    Télécharger le programme - Version bilingue anglaise et espagnole

     

    Dans un monde globalisé qui tend de plus en plus à l'homogénéisation, l'histoire ne se constitue pas seulement à partir des souvenirs de gloire passés mais aussi à partir de la mémoire des souffrances subies en commun.

    Des mémoires de Renault aux Mémoires Vives ...

    De l'exposition à la caravane ...

    La caravane Mémoires vives, présentera tout au long du mois d'Avril 2009 l'exposition Mémoires de Renault, le film documentaire Retour sur l'Ile Seguin (Mehdi Lallaoui - 52min- France - 2003) et offrira un espace de rencontres et de débats.

    « Lorsque Renault tousse, la France s'enrhume », aurait dit dans les années 1960 un homme politique français. Et dans l'empire Renault, l'usine de Boulogne-Billancourt installée sur l'Ile Seguin, était depuis le Front populaire le lieu symbolique de cette longue période, une sorte de thermomètre de la vie politique et sociale française, la forteresse ouvrière, avait-on coutume de dire. 

    Après la fermeture de l'usine Renault à Billancourt en 1992, quelques anciens travailleurs de l'Ile Seguin se réunissaient de manière tout à fait informelle. L'objectif était double : garder un lien entre eux, par solidarité, mais aussi pour surmonter le traumatisme lié à la fermeture.

    Vendredi 27 mars 2009

    De 10h à 11h conférence de presse à la mairie de Saint-Denis en présence du Maire, des médias et de personnalités

    Le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) et l'Association des anciens travailleurs de Renault Ile Seguin (ATRIS), organisent du 30 mars au 28 avril 2009 la caravane Mémoires Vives dans la région de Souss-Massa-Draa.

     

    L'islam en europe: de plus en plus visible, de moins en moins étranger, de plus en plus national

     

    Messieurs les maires

    Mesdames et Messieurs les intervenants et participants

    Mes chers collègues, membres du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger

    Chers amis,alt


    Il me revient le grand honneur d'ouvrir ce colloque académique organisé par notre Conseil sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohamed VI, et qui constitue, autant que je sache, une première dans un grand pays musulman d'émigration.


    Je voudrais en préambule exprimer d'abord mes remerciements les plus sincères à vous, chers intervenants, qui avez bien voulu accepter notre invitation malgré, nous le savons, des agendas chargés par vos travaux de recherches et d'enseignement, vos fonctions publiques ou votre action militante.


    Mes remerciements vont aussi au groupe de travail de notre Conseil, à Monsieur le secrétaire général et à leurs collaborateurs qui ont veillé, en un temps limité, à la conception et à l'organisation de ce séminaire.


    Comme vous l'aurez remarqué dans le programme, la qualité et la diversité des intervenants promettent des discussions fécondes et intenses. Il y a en premier lieu de nombreux universitaires, juristes mais aussi sociologues de la religion et de l'immigration ou familiers de l'analyse des politiques publiques. Permettez-moi à cet égard de saluer la présence parmi nous des pionniers que furent MM. Felice Dassetto et Albert Bastenier, dont les travaux précurseurs nous ont nourris dès le milieu des années 1980. Je me souviens en tout cas pour ma part de l'émotion et du plaisir intellectuel que constituèrent la lecture de l'islam transplanté ou plus tard de leur « media u akbar ».


    Vos échanges promettent aussi d'être enrichis par les interventions de plusieurs responsables publics chargés de la gestion au niveau central des cultes, mais aussi de maires et de responsables des communautés musulmanes, qui essaient, au plus près des besoins et attentes des croyants, et souvent dans des contextes polémiques, d'accompagner la lente et complexe acclimatation de l'islam à son environnement européen.


    Nous sommes au fond et les témoins et les acteurs, chacun à notre niveau d'un processus historique inédit, celui de l'enracinement de l'islam dans des sociétés pluralistes et profondément sécularisées et toutes attachées, quelle que soit leur tradition nationale spécifique, à une même laïcité culturelle européenne, pour reprendre une expression du professeur Jean-Paul Willaime, laïcité culturelle qu'il définit ainsi : « neutralité confessionnelle de l'État et de la puissance publique, reconnaissance de la liberté religieuse (y compris la liberté de non-religion), reconnaissance de l'autonomie de la conscience individuelle (liberté personnelle de l'homme et de la femme par rapport à tous les pouvoirs religieux et philosophiques), réflexivité critique appliquée à tous les domaines (religion, politique, science...) ».

     

    Certes, l'organisation de l'enseignement (places respectives du public et du privé, de l'enseignement religieux,..) et les modalités de financement du culte différent d'un pays à l'autre, et l'espace européen « connaît une grande diversité de modèles institutionnels de rapports entre États et religions » (Christian Mellon, 1994) mais il y a ce fonds européen commun qu'on ne peut, ni sur le plan de la réflexion ni sur le plan politique, ignorer.


    Mais ce n'est pas là le seul élément commun aux pays européens. L'une après l'autre, les sociétés européennes connaissent une diversification de plus en plus évidente et cette diversification se fait à un rythme historique accéléré, transformant de manière essentielle le paysage religieux et culturel de ces pays. Induits par les décolonisations et les vagues successives de l'immigration, les mouvements de population de ces dernières décennies ont transformé le visage de l'Europe.


    Le nouveau partenaire musulman de l'équation religieuse européenne est ainsi de plus en plus visible, de moins en moins étranger ou immigré et de plus en plus national, puisque revendiqué et assumé par une partie des enfants de l'immigration.


    Ce partenaire demande de manière de plus en plus pressante sa place sur l'échiquier démocratique. Il la demande alors que les religions établies et les Etats européens ont conclu à travers l'histoire des accords explicites ou implicites de cohabitation, conférant aux confessions « anciennes » des avantages et des moyens que l'islam, nouveau venu, revendique à juste titre.


    Ce nouveau partenaire s'enracine dans un environnement polémique, régulièrement réactivé par les tensions internationales. Il se développe alors que sa base sociale est restée longtemps et est encore dans une large mesure marquée par son histoire ouvrière et son statut social défavorisé, manquant de cadres de qualité, d'équipements dignes. Si la liberté religieuse est garantie en théorie, elle reste trop souvent méconnue en pratique.


    C'est dans ce contexte que nous avons choisi, pour amorcer notre réflexion sur l'islam en Europe, une approche par le droit, qui définit dans toute société démocratique, les droits et les obligations des groupes et des individus.


    L'approche européenne nous a semblé aussi évidente, non seulement parce 80% des 3,5 millions de Marocains émigrés habitent cette région du monde, mais aussi parce qu'elle devrait permettre des comparaisons probablement utiles pour les uns et les autres.


    Je ne peux clore ce discours sans invoquer la mémoire d'un ami qui vient de nous quitter et qui a été pour un nous un maître, un compagnon et une source d'inspiration. Bruno Etienne vient de disparaître, mais je ne peux oublier son empathie, sa curiosité et sa disponibilité. Je dédie cette rencontre à sa mémoire.

     

    Driss El Yazami
     

     

    revue de presse

    Les entretiens du symposium

    ZOOM sur ...

    Portraits

    Actualités

    Google+ Google+