Rachid Badouri, le Debbouze québécois

Rachid était le seul Arabe de son école à Laval (Canada). Ses camarades de classe le surnommaient « beurre d'arachide ». Une moquerie que Rachid Badouri n'est pas près d'oublier. Ses spectacles racontent son enfance, son père, ou le quotidien de l'immigré et sa marche vers l'intégration dans une société canadienne « multiethnique ».

 

Rachid Badouri, né en 1976 à Montréal de parents marocains, est le cadet d'une famille de trois enfants. Son père, son inspirateur et son spectateur le plus assidu, « voulait être un immigré modèle », se rappelle Rachid dans un entretien daté du 8 juin 2013 au quotidien français le Monde. « Il nous a enseigné l'intégration. A la maison, notre première langue était le français, la seconde le berbère ».

Enfant turbulent, toujours entouré d'une foule, Rachid Badouri raconte des blagues et imite Michael Jackson. En 1999, il est admis à l'Ecole nationale de l'humour à Montréal mais ne l'intègre pas, faute de moyens. Il renonce donc à sa passion, l'humour, et devient à Steward Air Transat, puis gérant de département chez Futur Shop. Mais, à 26 ans, il réalise qu'il vit encore chez sa mère : « je m'ennuyais ferme dans mon boulot, je n'en pouvais plus », déclare-t-il au Monde.

Il se réveille un beau jour et décide de ne plus s'ennuyer : avec ses amis il prépare un sketch, bricole un DVD et le distribue lui-même à toutes les maisons de production à Montréal. Commence alors l'attente. Quelques jours, une semaine, deux semaines, toujours rien ! Il se décourage. Trois semaines plus tard, il reçoit le coup de fil qui va changer sa vie : un responsable de la société « Juste pour rire » lui propose une audition publique.

Le succès à l'audition lance la carrière internationale de l'humoriste Rachid Badouri. Il remporte « le prix de la Révélation » du Festival Juste pour rire en 2005, « le prix de la Découverte» au gala des oliviers en 2006 et fait la première partie d'un spectacle de Gad Elmaleh. Parallèlement à cela, il fait de la radio et de la publicité. Il est ensuite repéré par Jamel et l'animateur Arthur qui lui ouvre les portes du petit écran.

Les médias parlent de Rachid Badouri comme du prochain phénomène de l'humour au Québec. « Ces dernières années, c'est l'humoriste qui a le plus percé chez nous, il a apporté une fraîcheur qui tombait au bon moment ; il incarne l'envie du vivre-ensemble et le partage des cultures », témoigne Eric Clément, journaliste culturel au quotidien canadien La Presse.

Il imite, danse, chante et improvise. Rachid Badouri était au Maroc début juin 2013 au festival international « le Marrakech du rire », et est attendu à l'Olympia le 21 septembre prochain.

revue de presse

Les entretiens du symposium

ZOOM sur ...

Actualités

Google+ Google+