mercredi 18 octobre 2017 21:34

Mélinda Mrini, le journalisme dans la peau

Mélinda Mrini est journaliste. Elle est une enfant de la Méditerranée. Celle du voyage, de la mobilité, de la culture, de la grande histoire de l'humanité. Née à Nice, la jeune journaliste devenue présentatrice de Grand Angle, l'une des émissions phares de 2M, est tombée dans la potion magique du plus beau métier du monde alors qu'elle n'avait que 15 ans...

C'était au lycée, dans la très cosy ville qui l'avait vu naître, en France où elle est déjà rédactrice en chef à Apolo FM, la première radio lycéenne du pays où Hugo, Zola, Clemenceau, Hubert Beuve-Mery, Jean Jacques Servan Schreiber (JJSS) et naturellement...Françoise Giroud, ont donné à cette profession ses lettres de noblesse.

La jeune franco-marocaine qui a le métier dans la peau, va très vite susciter la curiosité des médias. France 2 d'abord qui lui consacre un portrait pour l'émission "Talent de vie" qu'elle anime, mais aussi pour son engagement dans la vie associative de la région PACA dont elle est membre avec des jeunes de sa génération.
Lorsqu'elle obtient son baccalauréat section lettres, Mélinda Mrini, sait exactement où elle va, car le journalisme est à la fois une vocation et une passion: direction, l'université de Nice Sophia Antipolis où elle obtient son diplôme ...un IUT basé à Cannes et reconnu par l'Etat français et la profession.
Commence alors l'aventure, à Radio France d'abord, puis au Maroc où elle fait un passage par la "auntie"  marocaine, la RTM (devenue entre temps SNRT) où elle travaille pour le Journal télévisé. . A cette époque, pas si lointaine, elle a 20 ans. Puis, elle enchaîne avec une spécialisation en réalisation de magazines et de documentaires télés, parrainée par le célèbre Bernard Benyamin, le créateur de l'émission "Envoyé spécial" (France 2) et l'incontournable journaliste française Michelle Cotta.
"Diplôme en poche, je tente l'aventure...direction l'Egypte...le Caire...je découvre le monde arabe...je m'inscris à l'université américaine du Caire tout en collaborant pour plusieurs journaux. Je deviens alors journaliste-pigiste pour l'AFP TV". A 22 ans et des poussières, elle réalise ses premiers grands reportages diffusés sur des chaines françaises et étrangères et collabore avec plusieurs boites de production...C'est la période de la découverte du monde... où Mélinda Mrini se rend dans une Syrie qui n'avait pas encore été dévastée par la guerre civile et en Jordanie...
Puis, c'est le retour en France où elle ne rentre pas les mains vides:" je rentre avec une recommandation du chef du bureau de l'AFP au Caire pour rejoindre l'AFPTV à PARIS" dit-elle en insistant sur sa "soif d'aventure - qui- reste intacte: mon envie de découvrir d'autres horizons est toujours aussi forte...je veux connaitre le Maroc...mon deuxième pays".
Elle quitte la ville des Lumières pour le Maroc, Casablanca plus précisément où elle postule à 2M qui la recrute pour présenter les journaux de la matinale de Radio 2M :"je couvre alors de grands événements pour la Radio notamment la mort d'Oussama Ben Laden en direct de Washington...j'interviewe d'importantes personnalités tels le secrétaire général de l'ONU Ban Ki Moon" dit-elle avec une "modeste fierté".
Sa "halte" journalistique  au Maroc ne devait durer qu'une année...mais elle prend sa décision: rester au Maroc où elle dit ne jamais s'être sentie aussi utile que dans ce pays. "A travers chaque reportage que je fais aujourd'hui j'ai l'impression d'apporter ma modeste pierre à l'édifice d'un Maroc plus moderne, de participer activement au développement d'une société à l'histoire déjà si riche...J'apprends chaque jour de l'histoire de mon pays...un pays que je ne connaissais que très peu...loin des vacances en famille". Car, à l'image de nombreuses compétences d'origine marocaine ayant fait le choix de redécouvrir le pays d'origine de leurs parents, Mélinda Mrini affirme être "à la fois fière d’être française et marocaine.
"Je fais partie de cette toute nouvelle migration de franco-marocains à tenter l'aventure Maroc afin de contribuer au développement du pays" affirme-t-elle.
Parallèlement à son expérience à la radio, la jeune femme collabore au JT en réalisant des reportages et en couvrant des actualités sociales , politiques, économiques et internationales. Forte de cette expérience, Mélinda Mrini, rejoint l'équipe de Grand Angle, le magazine d'information de Réda Benjelloun.
A 29 ans elle présente l'émission et réalise des enquêtes à caractère social, culturel et politique: "des reportages qui permettent de contribuer au développement du pays et aident à une certaine prise de conscience. Se succèdent alors les reportages dont  "enquête sur l'immigration clandestine des subsahariens : les refoulés de l'Europe", "le suicide des jeunes au Maroc (le premier du genre) , un documentaire sur "les anciens combattants marocains". Actuellement elle réalise une enquête sur "l'exploitation des petites bonnes".    Sa passion pour le journalisme ne l'empêche aucunement de participer à la vie de la Cité: elle est vice présidente du réseau village durable ainsi que de l'association des jeunes actifs de la ville de Mohammedia...

La Rédaction

revue de presse

Les entretiens du symposium

ZOOM sur ...

Actualités

Google+ Google+