ATRIS, Le recueil de la mémoire, Arezki Amazouz, président

lundi, 25 mai 2009

Dans un monde globalisé qui tend de plus en plus à l'homogénéisation, l'histoire ne se constitue pas seulement à partir des souvenirs de gloire passés mais aussi à partir de la mémoire des souffrances subies en commun.

ATRIS entend donc ressusciter, réanimer et réactiver les témoignages de milliers de femmes et d'hommes de toutes origines et de tous continents qui ont travaillé à Renault Ile Seguin et notamment de recueillir leur vécu au quotidien dans les ateliers de cette usine qui n'existe plus.

Cette incursion dans les temps reculés nous permettra de mieux appréhender les antagonismes de l'histoire qui nous empêchent objectivement, consciemment ou inconsciemment de jeter un regard rétrospectif sur notre passé.

 Recourir au passé non pas pour s'y attacher aveuglement ou s'anesthésier par une version mystifiante et triomphaliste de l'histoire, mais pour revaloriser les réalisations de la classe ouvrière par une critique constructive. Ainsi, une meilleure saisie de la réalité de la condition ouvrière en dépit de tous les efforts de sape et de négation entrepris pourrait être dégagée.

 La souffrance, la misère, la pauvreté et toutes sortes de difficultés que connaît l'OS retraité ne peuvent être bien saisies et comprises qu'à travers une rétrospection, réfléchie, préalable nécessaire pour l'aider à prendre conscience de ce qu'il est devenu, de son aliénation par la violence de l'histoire afin qu'il retrouve sa juste place dans son passé glorieux et controversé.

 Des générations de travailleurs issus de plus de 58 nationalités ont eu l'occasion de se côtoyer sur les chaînes de montage de Renault, d'apprendre à se connaître, de fraterniser et de créer entre eux des liens de solidarité. Elles ont ainsi pu accueillir en leur sein des écrivains, des poètes, à l'instar de Tahar Benjelloun, Rachid Boudjedra, ou encore des sculpteurs et des peintres.

 Aujourd'hui, le lieu de mémoire s'impose plus que jamais comme une impérieuse nécessité. C'est dans ce but qu'environ mille mètres carrés ont été réservés pour ériger un bâtiment qui permettra de recueillir tous les matériaux d'archives, pour permettre aux chercheurs et à chacun des anciens Renault de trouver des réponses à leur questionnement sur la spécificité et l'originalité de l'histoire passionnante et passionnée de Renault Ile Seguin.

 C'est dans cette perspective, notamment pour s'ouvrir à chacun des pays de l'émigration qu' ATRIS en partenariat avec le CCME ira à la rencontre des « anciens Renault » installés au Maroc, à l'occasion des expositions qu'elle organise du 2 au 28 avril 2009 dans quatre villes au sud du pays.

 

Arezki Amazouz, président d'ATRIS

 Télécharger "Le recueil de la mémoire"

SG au JT de 2m: spécial programmation de la journée internationale des migrants

Les entretiens du symposium

Actualités

Google+ Google+