Bruxelles : promouvoir le rôle de l'imam pour faire face aux défis du contexte européen

dimanche, 26 novembre 2017

Le Conseil européen des oulémas marocains (CEOM) a organisé, samedi 25 novembre 2017 à Bruxelles, une rencontre sous le thème  "le rôle de l’imam dans le contexte européen : entre défis actuels et enjeux à avenir", avec la participation de plus de 150 imams en provenance de différents pays européens.

Dans son allocution d'ouverture, M. Tahar Tajkani, président du COEM, a affirmé que cette rencontre qui se tient dans la capitale de l'Union européenne a l'ambition de donner la parole aux imams pour exprimer leurs espoirs et les défis auxquels ils font face. Les imams y sont également invités à proposer des solutions aux problématiques qui leur sont imposées dans le contexte européen, selon leur vision, en tant que partenaire pour la promotion de la paix a-t-il indiqué, ajoutant que l'imam est de plus en plus sollicité en tant père éducateur et conseiller social puisqu'il représente l'image de l'islam dans la société occidentale. 

IMG 2401

M. Tajkani a ainsi invité les imams à inspirer le bien et l'apaisement et à être un vecteur de stabilité et de paix dans les sociétés où ils opèrent.

La Commission européenne : "il est primordial de communiquer avec les imams"

Pour sa part, M. Frans Timmermans, premier vice-président de la commission européenne, a saisi l'occasion de cette rencontre pour exprimer l'intérêt alloué par son institution aux communautés musulmanes et aux imams. Dans une lettre dont la lecture a été faite par M. Khalid Hajji, M. Timmermans a assuré que les musulmans occupent une place importante dans le paysage européen et que cette rencontre est une occasion pour approfondir le dialogue avec eux, affirmant que la commission européenne est prête à soutenir les communautés musulmanes pour qu'elles puissent vivre en paix dans les sociétés européennes.

IMG 2443

En ce sens, Mme Virginia Manzitti, conseillère politique de l’envoyé spécial pour "la promotion de la liberté de religion et de conviction en dehors de l’Union européenne", Ján Figel, a exposé la stratégie de la Commission européenne concernant le culte, basée sur la liberté religieuse en tant que droit de l'homme. 

Quant à leur méthode de travail, Mme Manzitti a affirmé que les responsables européens ont pour mission de promouvoir l'écoute et le dialogue avec les acteurs gouvernementaux et associatifs en s'inspirant de plusieurs documents de référence en matière de liberté religieuse, dont notamment la déclaration de Marrakech sur les droits des minorités religieuses, dans le but de construire un monde de paix où règne le respect entre les religions.  

Malgré la discrimination à l'encontre des musulmans en Europe, confirmée par une récente étude de la Commission européenne, la même étude a quand même assuré que la plupart des musulmans ont confiance dans les institutions européennes et ont affirmé leur attachement aux pays dans lesquels ils vivent, a indiqué Mme Manzitti qui a exprimé le besoin de son institution de coopérer avec des leaders et dirigeants religieux et des acteurs de terrain issus des communautés musulmanes pour pouvoir affronter, ensemble, la haine et l’extrémisme, ajoutant que l'évolution de l'éducation religieuse demeure la priorité, car les études ont prouvé que les extrémistes n'ont aucune formation religieuse.

M. Boussouf : considérer l'importance du rôle de l'imam en Europe    

Au début de son intervention, M. Abdellah Boussouf, Secrétaire général du Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME), a fermement condamné l'attaque terroriste à El Arich en Egypte qui a fait plus de 300 victimes alors qu'ils faisaient la prière du vendredi dans une mosquée et estimé que cet acte lâche est une autre preuve que le terrorisme n'a aucun lien avec l'Islam, comme l'a affirmé Sa Majesté le Roi dans son discours l'année dernière, ajoutant que cette rencontre est l'expression de notre refus de tout acte de haine car l'Islam est un projet de vie et non un projet de mort.  

IMG 2468

M. Boussouf n'a pas manqué de féliciter le CEOM pour tous ses efforts dans l'encadrement des imams qui adhèrent au modèle marocain fondé sur le respect, le juste milieu et sur le rite malékite, la doctrine ash'arite et le soufisme sunnite et a mis en avant le rôle central des imams en Europe qui travaillent tous les jours pour préserver les communautés musulmanes, et notamment marocaines, de la radicalisation et de l'extrémisme, invitant les pays européens à considérer l'effort de  l'imam marocain et d'en faire un partenaire puisqu'il est l'acteur principal dans un société capable de répondre aux questions qui se posent de nos jours au contexte européen.   

IMG 2498 

"Les gouvernements doivent s'orienter vers les imams et engager avec eux le dialogue, au lieu de limiter les échanges aux présidents des associations, car ce sont les imams et les oulémas qui produisent le discours dont la société a besoin puisqu'ils sont directement affrontés à l'extrémisme et à la violence et l'on ne peut pas admettre que l'imam soit sous la tutelle de qui que ce soit", a soutenu M. Boussouf.

En ce sens, le Secrétaire général du CCME a exprimé la disposition du conseil à contribuer à la promotion de la situation sociale des imams en Europe afin qu'ils puissent s'acquitter de leur mission dans les meilleures conditions. L'imam est doublement victime des actes terroristes car il est critiqué de la part de tous, sans connaissance de causes, et constitue en même temps une cible pour les extrémistes, a-t-il poursuivi.

IMG 2394

M. Boussouf a saisi l'occasion de cette rencontre pour mettre en valeur la capacité de l'Islam à vivre en harmonie avec les principes européens, car il ne constitue pas une entrave à la démocratie, aux droits de l'homme ou aux libertés et admet le pluralisme et la diversité. Quant aux musulmans, ils ont toujours été une valeur ajoutée pour les pays et les sociétés d'accueil où qu'ils soient, leur présence d'ailleurs en tant que composante de l'Europe est l'occasion pour tous les pays européens de découvrir une religion qu'ils ne connaissaient pas de près afin construire, ensemble, une société basée sur le vivre-ensemble, le respect et l'entraide.

En plus des séances de discussion et d'écoute avec les imams, la rencontre a également programmé la tenue du 3e forum du Saint Coran sous le thème "Le Saint Coran, un message de paix" qui a connu la participation de plusieurs intervenants du Maroc et des pays européens. 

Notons que cette réunion qui vient couronner une série de rencontres de formation initiées par le CEOM dans différentes capitales européennes dans le but d'associer l'imam à l'édifice de sociétés européennes stables et à la consolidation de vivre-ensemble et de la paix entre ses différentes composantes.

CCME​

revue de presse

Les entretiens du symposium

Actualités

Google+ Google+