jeudi 19 mai 2022 16:09

L'argent misérable, un récit de vie des Marocains d’Italie

samedi, 10 février 2018

Le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) a organisé, ce samedi 10 février 2018 dans son stand au Salon du livre de Casablanca, la présentation du livre « l’argent misérable » du Maroco-italien M. Hamid Bichri. Le livre de 100 pages, paru en 1995 en italien, a été récemment publié par le CCME.

L’ouvrage raconte le quotidien des Marocains en Italie et répond à quelques questionnements sur leur existence et leurs projets d’intégration dans la société italienne, sur la base de l’analyse des données démographiques et sociologiques de l’immigration marocaine en Italie et de l’expérience personnelle de l’écrivain.

« L’immigration peut devenir synonyme de bonheur, d’indépendance et de confort mais peut aussi être synonyme de solitude ; car quand on est loin de son pays et de ses origines, on ne vit le confort que dans notre rapport avec choses que l’on peut posséder », affirme M. Bichri, également membre du CCME.

« Si l’immigration a été pour les Marocains une découverte d’une vie plus moderne et plus confortable, elle a aussi soulevé des questionnements chez les Italiens, qui découvraient à leur tour une communauté nouvelle et différente. Ce brassage peut donner lieu à des rencontres et des relations exceptionnelles et inattendues », a-t-il poursuivi.

J3 TR 1 BICHRIM. Bichri a été accompagné lors de cette présentation par Siham Dadessi, une jeune maroco-italienne de 21 ans, membre de l’association de solidarité entre Marocains (Associazione di Solidarietà tra Marocchini in Italia) (ASMI) et engagée dans des activités pour la jeunesse, notamment le soutien scolaire en faveur de jeunes Marocains en difficulté et l’organisation et la participation à des rencontres avec des jeunes concernant l'identité et l'intégration dans le pays d'accueil.

J3 TR 1 DADSILors de son intervention, la jeune maroco-italienne a affirmé que la langue constitue la barrière la plus difficile à surmonter en ce qui concerne l’intégration de la communauté marocaine en Italie et les femmes en particulier, qui sont aussi confrontées à d’autres difficultés comme la discrimination à l’emploi.

« Les femmes voilées sont confrontées à une discrimination très visible à l’emploi et je me sens investie de m'engager pour cette population car la liberté religieuse fait partir des droits fondamentaux en Europe », a indiqué Siham Dadessi.

En ce qui concerne leurs relations avec leurs parents, qui font partie de la première génération d’immigrés marocains en Italie, la jeune marocaine affirme que la communication avec eux s’établit difficilement « car ils ont du mal à comprendre leur environnement ». « Nous devons soutenir nos parents et les accompagner dans leurs démarches administratives par exemple, souvent on est amené à être leurs traducteurs et interprètes ».

Cette rencontre a également connu la présentation de l’étude récemment publiée par le CCME sur les « jeunes marocains en Italie : réalité et défis ». « Une étude qui s’est intéressée aux différentes catégories de la jeunesse marocaine dans ce pays comme les étudiants, les jeunes ouvriers et les mineurs non accompagnés », a affirmé M. Bichri, et qui a été réalisée par avec la contribution de plusieurs académiciens italiens des Universités de Rome et de Modène et de Reggio d'Émilie.

Pour conclure, M. Hamid Bichri a exprimé son souhait de voir les jeunes générations se distinguer en Italie et dans tous les pays où ils résident, « car si nous nous sommes battus avec les moyens de bord pour exister dans ces pays, nos enfants, qui sont mieux éduqués que nous, ont les outils de porter le flambeau pour représenter toute la diversité de leur culture d’origine ».

J3 TR 1 RIFKIL’introduction et l’animation du débat ont été assurées par M. Aziz Rifki, chargé de mission au CCME.

La rédaction

SG au JT de 2m: spécial programmation de la journée internationale des migrants

Les entretiens du symposium

Actualités

Google+ Google+