mercredi 21 février 2018 18:40

Le programme du mercredi 14 février

mercredi, 14 février 2018

Les Marocains d'Italie : 40 histoires de succès

Tarek El Atifi (Maroc)

Tarik El Atifi

Rédacteur en chef du journal électronique Hespress. Né en 1981 à Nador, il poursuit ses études supérieures à la Faculté des sciences économiques et sociales de l’université Mohamed premier d’Oujda. Il a commencé sa carrière dans le journal Hespress en 2008 après avoir passé quelques années dans le journalisme de proximité dans la région du Rif, en plus d’une expérience de trois ans en collaboration avec une entreprise de presse nationale et dans la gestion d’un site web. Il a également participé à la préparation des programmes pour télévision.

Gestion de la différence dans l'histoire du Maroc

Otmane Mansouri (Maroc), El Ouafi Nouhi (Maroc), Latifa El Guendouz (Maroc), Ahmed Siraj (Maroc)

Otmane Mansouri

Professeur d’histoire moderne et contemporaine à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat. Spécialiste de l’histoire économique et diplomatique du Maroc, il est également traducteur. Auteur de plusieurs recherches publiées dans des revues nationales et internationales. Parmi ses publications, Le commerce au Maroc du XVIème siècle et Relations maroco-portugaises, 1790-1844. Il a également contribué à un ouvrage collectif traduit, Nouvelles d’Ahmed Al-Mansour, sultan du Maroc. Otmane Mansouri occupait le poste de Secrétaire général de l’Association marocaine pour la recherche historique avant d’être élu en 2013 président de la même association.

Nouhi El Ouafi

Chercheur en histoire du Maroc médiéval au centre des études historiques et environnementales et à l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) à Rabat. Membre de la rédaction de la revue « Asinag » (publiée par l’IRCAM). Membre de l’Association marocaine pour la recherche historique (AMRH) et membre de la rédaction de la revue de la même association. El Ouafi Nouhi est professeur assistant à la faculté des lettres de Rabat, section histoire et civilisation. Il publie en 2007 "أُنْسُ المُهَج وروض الفُرَج للشريف الإدريسي (493-560هـ/1100-1165م): قسم شمال إفريقيا وبلاد السودان". Il participe également à plusieurs publications scientifiques et à des ouvrages collectifs et a pris part à plusieurs conférences et manifestations nationales et internationales.

Latifa El Guendouz

Professeur chercheur à l’Université Mohammed V de Rabat. Membre de l’Association marocaine pour la recherche historique (AMRH) et du Comité marocain de l’histoire maritime. Elle obtient une licence en histoire en 1977, un diplôme d’études supérieures en histoire moderne en 1979 et un doctorat en histoire contemporaine de l’Université Mohammed V de Rabat en 2002. Elle a à son actif plusieurs ouvrages, notamment « Les publications marocaines depuis la parution de l’imprimerie en 1956 » (Ministère de la culture, 2004), « Le rôle de l’imprimerie dans la diffusion de la connaissance » (Revue de l’histoire marocaine, fondation Al Tamimi, Tunis, 2006), « Position des Marocains vis-à-vis des techniques modernes, modèle de la télégraphie » (Université Moulay Ali Cherif, ministère de la culture, 2007), « Contact initial des Marocains au livre imprimé » (Université Moulay Ismail, Meknès, 2007), « Le rôle de l’imprimerie à Salé dans la résistance à l’occupation » (Publications de l’Institut universitaire de la recherche scientifique, université Mohammed V, Rabat, 2010), « Les relations maroco-saoudiennes à l’époque de Roi Fayçal Ben Abdelaziz » (Revue Al Dara, Riyadh, mai 2008), « Le Maroc et le Golfe persique, modèle des relations maroco-koweïtiennes : bilan et perspectives » (Koweit, 2009).

Ahmed Siraj

Docteur en histoire et civilisation, de l’Université de Mohammedia et de la Sorbonne, diplômé d’EHESS, est professeur à l’Université de Mohammedia et chargé de mission au CCME. Il a dirigé, codirigé ou participé à plusieurs programmes de prospections et de fouilles archéologiques dont celui du littoral méditerranéen du Maroc de 2000 à 2005. Il a également été chargé de la direction académique des programmes de célébration du 1200ème anniversaire de la Fondation de la ville de Fès. Parmi ses publications, L’image de la Tingitane, Historiographie arabe médiévale et antiquité nord-africaine ; Étude d’histoire, de géographie historique et d’archéologie du Maghreb ; Rif : les traces de l’histoire (ouvrage collectif, 2012) ; Les origines historiques de la citoyenneté et l’appartenance au Maroc (coll. CCME 2013) ; Marocains, migrants et voyageurs (coll. CCME, 2015, contribution) ; Ait Ouriaghel : histoire, institutions, relation avec le pouvoir (2017).

Diversité culturelle des Marocains du monde

Mustapha Jlok (Maroc), Mohamed El Medlaoui (Maroc), Chouaib Halifi (Maroc), Mohammadi Laghzaoui (Pays-Bas), Tijani Boulaouali (Belgique)

Mustapha Jlok

Mustapha Jlok est anthropologue, conservateur du patrimoine, ancien chercheur, directeur de centre des études anthropologiques et sociologiques et chef du département des ressources humaines et des affaires générales et juridiques à l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM). Actuellement, il est chargé de mission au Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) au Maroc.

Mohamed Elmedlaoui

Mohamed Elmedlaoui est un linguiste berbérisant, sémitisant et hébraïsant. Il est l’auteur de plusieurs livres et articles académiques dans cette discipline en quatre langues (arabe, français, anglais et berbère). Parmi ses autres domaines de recherche : la métrique du berbère et du Malhun, la musique marocaine (musicologie et ethnomusicologie) et la comparaison des religions du Livre. Il est membre fondateur de plusieurs sociétés civiles et savantes (Société de Linguistique du Maroc, Moroccan Fulbright Alumni Association, Appel Citoyen, Association des Amis du Musée du Judaïsme à Casblanca, dont il est président ; etc.). Il a enseigné à l’université (linguistique et langue hébraïque) et fut à plusieurs fois affilié au CNRS (Paris : 1986, 1991, 1995, 1999). Il est aussi un Fullbright grantee (Univ. d’Amherst), fut directeur de recherche à l’IRCAM (responsable de l’ER du lexique) puis chercheur à l’IURS – Université Mohammed V (Rabat) où il a dirigé l’ER Géopolitique, Identité et Migration. Il est l’auteur de plusieurs centaines de courts articles journalistiques ou de vulgarisation scientifique sur les questions de débat intellectuel ou de recherche scientifique au Maroc d’aujourd’hui, qu’il publie dans la presse et/ou dans son blog OrBinah.

Chouaib Halifi

Écrivain, romancier et professeur universitaire marocain. Il travaille comme professeur d'enseignement supérieur à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Ben M’Sik à Casablanca. L'une de ses dernières publications dans le domaine de la critique littéraire est "Miroirs d’interprétation : Réflexions sur les modes de juxtaposition de lumière et d'obscurité", dans le domaine du roman "Personne ne peut sauter par-dessus son ombre - le Livre des Jours (Voyage ne craint pas la poussière du coin-Settat).

Mohammadi Laghzaoui

Il a obtenu un Doctorat sur «L'émergence du langage académique à la maison et à l’école : étude approfondie des enfants amazighs marocains aux Pays-Bas» et une maîtrise en linguistique à l'université de Tilburg, aux Pays-Bas. Spécialiste en Linguistique Sociale et Sciences de l'Education. Il travaille actuellement comme professeur de linguistique et littérature anglaise au Cambreur College dans la section International Baccalaureate. Il est également expert et consultant au projet européen : Education and Education Partnership. Il est aussi traducteur assermenté auprès du ministère néerlandais de la Justice. Mohammadi Laghzaoui a occupé le poste de Président de l'Institution marocaine à Tilburg entre 2007 et 2013, et président de l'Association Al Quaraouiyine des étudiants marocains à l'Université de Tilburg de 1999 à 2001. Il a publié de nombreux articles et recherches dans des revues académiques internationales et a participé à des conférences et séminaires locaux et internationaux.

Tijani Boulaouali

Auteur et chercheur marocain spécialiste dans les études islamiques, philosophie du pluralisme et dialogue interconfessionnel, l’amazighité et les médias. Il est professeur de religion islamique, de la pédagogie et des sciences didactiques à la faculté de formation des enseignants (Gand-Belgique) et chercheur sur la thématique des références écrites pour la traduction du Coran à la Faculté des lettres de l’Université de Louvain (Belgique). Tijani Boulaouali est aussi titulaire d’une thèse de doctorat en journalisme et médias de l’Université de La Haye (Pays-Bas). Il a son actif plusieurs publications académiques et littéraires dont : L’image de l’islam dans l’approche académique néerlandaise 2013, la presse écrite amazighe, entre la genèse et l’évolution 2015, La poésie arabe, dualité de la norme et de la déviation 2012, L’islam et l’amazighité, vers une compréhension modérée de la cause amazighe 2008, les musulmans en Occident entre les contradictions de la réalité et les défis de l’avenir 2006.

La diversité dans la production artistique des Marocains du monde

Ilham Ouaziz (Egypte), Lahbib Naciri (Maroc), Driss Moubarik (Maroc)

Ilham Ouaziz

Actrice marocaine qui a brillé dans de nombreuses productions télévisées et dramatiques au Maroc et à l'étranger. Le public marocain l’a surtout connu à travers ses rôles dans les comédies marocaines, qui sont restés ancrés dans la mémoire des spectateurs ; entre autres « Maison des héritiers », « Machaf Mara », « Yak Labas » et dans la série télévisée «Dernier souffle ». Ilham Ouaziz a également participé dans des productions des pays du Golfe y compris les séries « Karima » et « La famille de Majed El Arabia». Elle a aussi joué dans le film Egyptien « Morsi Abu Al-Abbas » réalisé par Amr Mansour et auquel ont participé une panoplie d’acteurs égyptiens et d’autres, y compris des acteurs marocains.

Lahbib Naciri

Chercheur et critique. Président du Festival international du film documentaire de Khouribga. Il participe à plusieurs Festivals de cinéma nationaux et internationaux et publie plusieurs articles et études critiques dans le domaine du cinéma. Il publie en décembre 2017 son livre « La migration dans le cinéma marocain : sens et manifestations », en 2004 l’ouvrage « L’esthétique de la narration » et s’apprête à publier « la question de la beauté dans le cinéma arabe ». Il participe à plusieurs émissions et programmes radios et télévisuels et encadre plusieurs ateliers de formation. Lahbib Naciri a été membre de plusieurs jurys et de la rédaction du magazine Lanternes du cinéma électronique.

Driss Moubarik

Né à Nador au Maroc en 1968. Il est titulaire du diplôme d’études universitaires en physique, de l'Université Ibn Zohr d’Agadir. Depuis 1996, il est directeur du journal « Machahid », il est producteur et éditeur de programmes pour la radio régionale d'Agadir entre 1990 et 2006. Avant cela, il a été correspondant de la section d'information de la télévision marocaine dans la région de Souss entre 1994 et 2004, il a été également coordinateur de programmes pour les chaînes étrangères de 1994 à 2005. Driss Moubarik est président de l’association initiative culturelle du Festival International du Cinéma et de l'Immigration d'Agadir, chef du comité du film de la Région de Souss et président de l'Association marocaine pour la protection de l’argent publique de la branche du Sud.

revue de presse

Les entretiens du symposium

ZOOM sur ...

Actualités

Google+ Google+