Des marocaines du monde présentent les expériences de la femme marocaine dans les sociétés plurielles

samedi, 17 février 2018

Le stand du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) au Salon du livre de Casablanca a abrité, samedi 17 février 2018, une table-ronde sur « la femme marocaine et le défi de vivre dans une société plurielle » dans laquelle des femmes marocaines d’Italie, d’Allemagne et du Qatar ont présenté leurs témoignages et expériences.

Mounya El Allali : l’engagement civique de la femme marocaine en Italie

J10 TR 2 ALLALIDans son intervention, la poète et écrivaine marocaine résidente en Italie Mounya El Allali a assuré que les changements qui se sont produits dans les législations en Europe n’ont pas eu un impact retentissant dans les rangs de la femme immigrée puisqu’ils n’ont pas atteint les valeurs culturelles de ces sociétés. 

Elle a en ce sens invité à traiter les questions liées à la femme d’un point de vue civilisationnel et dans le cadre de l’unité de la société, ce qui demande une remise en question des valeurs et concepts propagées dans les pays d’accueil, affirmant que les principaux besoins à combler sont l’absence de la recherche scientifique spécialisée dans les questions de la femme marocaine et la faiblesse de la sensibilisation et de l’assistance sociale, ce qui en fait un élément vulnérable au sein des sociétés européennes.

Pour aider la femme marocaine à s’intégrer dans la société italienne, Mounya El Allali a insisté sur l’importance de la préservation de son identité et de l’accès à la connaissance pour qu’elle puisse participer au développement de sa société d’accueil.

Le défi de l’ouverture sur l’Autre en Allemagne

J10 TR 2 YAKINEPour la journaliste et écrivaine Nadia Yakine, les conditions de la femme marocaine en Allemagne sont meilleures que celles dans d’autres pays européens comme l’Italie ou l’Espagne puisque la femme marocaine y a immigré pour travailler aux côtés de l’homme.

En ce qui concerne les défis du vivre-ensemble dans une société plurielle, Nadia Yakine a considéré que la femme marocaine en Allemagne a pu réaliser des réussites dans plusieurs domaines mais dans des conditions de retrait et de solitude inhérentes à la culture marocaine.

La journaliste, qui est aussi une assistante sociale auprès des migrantes marocaines en Italie, en l’occurrence dans les prisons et au sein des camps de réfugiés, a exposé les différents problèmes de cette catégorie vulnérables des sociétés européennes qui interpellent en premier lieu les lois marocaines et italiennes.

Amale El Yahyaoui : des stratégies pour neutraliser les stéréotypes sur la femme marocaine

J10 TR 2 YAHYAOUIEn tant qu’écrivaine marocaine au Qatar, Amale El Yahyaoui a affirmé que vivre dans une société plurielle implique deux processus, soit vivre en harmonie et en paix avec les autres composantes des sociétés ou vivre en retrait de celles-ci, ce qui relève pour elle d’un choix personnel.

D’autre part, Amale El Yahyaoui a indiqué que l’ouverture sur la culture de la société d’accueil est liée à l’enracinement de l’identité d’origine car cette dernière est garante d’un équilibre psychosocial puisque l’identité marocaine est essentiellement plurielle grâce à ses différents affluents. Elle a en outre expliqué le principal challenge que la femme marocaine doit relever dans les pays du Golfe est de défier les stéréotypes et les préjugés qui peuvent se neutraliser grâce à la persévérance et à la réussite de la femme dans plusieurs domaines.

La rédaction     

 

Revue de presse

Les entretiens du symposium

Actualités

Google+ Google+