M. Boussouf : « la création de centres pluridisciplinaires contre la désinformation »

jeudi, 19 novembre 2015

Abdellah Boussouf, le Secrétaire général du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) a accordé un entretien au quotidien Espagnol El Pais le 18 novembre 2015.

Lors de cet entretien avec le quotidien espagnol, M. Boussouf a affirmé qu’il est temps « que les institutions et les gouvernements travaillent ensemble pour promouvoir un Islam européen qui inclut les valeurs des droits de l'homme et de la démocratie ».  Il a en outre dénoncé l'absence de contrôle des centres de culte et des imams en Europe et défendu la « démocratisation des mosquées et l’intégration de la femme ».

Le Secrétaire général du Conseil a longuement abordé la question de la formation des imams en Europe qui nécessite une attention particulière. Citant pour exemple l’école et l’enseignement, M. Boussouf a dit « nous avons constaté qu'un système d’études parallèle au système officiel est en train de s’établir à travers des mosquées et ceci est très inquiétant, car il est intimement lié à la transmission de la culture et la religion ».

M. Boussouf a également dit qu’un « lieu de culte exige des imams formés, connaissant parfaitement leur culture et celle du pays d’accueil. En outre, l'apprentissage de la langue du pays où ils résident est indispensable, ce qui n'est pas toujours le cas aujourd'hui ». Il a ajouté que cela pouvait provoquer de graves dysfonctionnements lorsqu’il il « n'y a pas des cadres religieux, connus par les imams accrédités et prêts à mener à bien cette tâche ».

Pour M. Boussouf, la formation des imams passe nécessairement par une connaissance profonde des sociétés dans lesquelles ils vivent et par la maîtrise de la langue du pays d’accueil, outil principale de communication avec les communautés musulmanes. Dans ce sens, le Conseil a d’ores et déjà « lancé une expérience avec l'Institut Goethe en Allemagne pour enseigner la langue allemande aux imams des mosquées officielles, afin de pouvoir communiquer aussi avec les fidèles qui sont des allemands », précise M. Boussouf.

Interrogé sur le cas de l’Espagne, le Secrétaire général du CCME a affirmé que les musulmans d’Espagne ont besoin d’une mosquée où ils peuvent se sentir représentés. Il a en outre ajouté que les lieux de culte existants ne reflètent pas la diversité de la communauté musulmane traversée par plusieurs courants confessionnels et invité les autorités à mieux évaluer les associations en charge de la question culte.

M. Boussouf a également présenté l’expérience marocaine en matière de formation des imams, en citant le récent accord signé en la présence du président Français François Hollande et de Sa Majesté le Roi Mohammed VI : « nous avons déjà commencé à former 50 imams français qui sont en train d'étudier actuellement à Rabat. En même temps les universités françaises participent à cette formation en leur enseignant la culture française, l’histoire de France et celle des religions, ainsi que de la sociologie ».

Répondant à une question sur la lutte contre la radicalisation, M. Boussouf a affirmé que la création de centres religieux officiels et pluridisciplinaires est la solution face à la propagation de la désinformation à travers les médias sociaux, profitant du vide institutionnel.

CCME

Lire l’article d’El Pais en espagnol

Revue de presse

Les entretiens du symposium

Actualités

Google+ Google+